« Mégestion » de Ngobila : N. Mbungu saisit G. Mpoyi pour une commission d’enquête

 

Le Vice-gouverneur de la ville province de Kinshasa Néron Mbungu a, dans une correspondance adressée au Président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, « déniché plusieurs irrégularités » dans la gestion de la ville de Kinshasa par le Gouverneur Gentiny Ngobila.

C’est pour cette raison qu’il a formulé une demande auprès du speaker de l’assemblée provinciale de constituer une commission qui aura pour mission d’enquêter sur la manière dont la ville a été gérée de mars 2020 à ces jours.

Durant cette période, la deuxième personnalité du Gouvernement provincial a notamment dénoncé la non tenue des réunions des conseils des ministres alors qu’étant le « cadre privilégié de délibération et de prise de décision du Gouverneur et des ministres provinciaux sur les arrêtés ».

Pour lui, l’interdiction par le Président de la République du rassemblement de plus de 10 personnes en raison des mesures conservatoires liées à la pandémie du coronavirus, ne doit pas être prise pour justification de l’absence des Conseils des ministres « alors qu’il existe l’Agence provinciale du développement du numérique à Kinshasa (APDNK) qui pouvait être instruite pour l’installation d’un système qui aurait permis la tenue des Conseils des ministres par visio-conférence ».

« A contrario, au courant de la même période de l’absence des conseils des ministres, le Gouverneur a organisé d’autres réunions au sein de l’Hôtel de ville avec les syndicalistes du marché central et les représentants des partis politiques pour discuter avec l’Autorité provinciale sur l’autorisation des marchés publics… », fait noter Néron Mbungu avant de souligner que, malgré cela, « je remarque d’importantes décisions prises par la Ville de Kinshasa durant cette période, sans délibération préalable en Conseil des Ministres, notamment le projet d’édit budgétaire 2021, déposé et adopté par l’Assemblée provinciale de Kinshasa ».

Toujours dans ce document, Mbungu Mbungu constate que, depuis mars 2020, « plusieurs marchés ont été octroyés à des partenaires sans la délibération du Conseil des Ministres », au détriment de l’article 28 de la loi de 2018 sur la libre administration des provinces.

Ordonnancement des dépenses de la ville de Kinshasa

Des « cookies » ont été décelées à ce sujet par le Vice-gouverneur de Kinshasa qui confirme que, sur les comptes de la ville auprès des banques commerciales, les signatures qui y sont reprises sont celles de « l’ordonnateur délégué et du Gouverneur », en lieu et place du ministre provincial des finances censé être l’ordonnateur des dépenses de la ville.

« Cette situation de confiscation qui ne dit pas son nom, de la signature du ministre provincial des finances sur les comptes bancaires de la ville, par le Gouverneur crée un dysfonctionnement de la chaîne de dépense existante, une confusion au niveau des banques, le dépôt tardif du projet d’édit portant réédition des comptes de la ville de Kinshasa pour l’exercice 2019 avec une omission des annexes du rapport de la cour des comptes d’une part et de sa non-adoption en Conseil des Ministres », déplore Néron Mbungu.

A toutes ces « anomalies », s’ajoute « l’octroie de plusieurs marchés publics à des tiers sans procéder par l’appel d’offre connu et ayant fait l’objet d’une publicité (…) en violation de l’article 16 de l’édit N°002 du 19 octobre 2012 fixant les règles relatives au marché public d’intérêt provincial et local de la ville de Kinshasa », en donnant comme l’illustration le cas du marché central.

De ce qui précède, Mbungu Mbungu dit « décliner toute responsabilité sur ce qui adviendra des conclusions de ces enquêtes, car n’étant pas associé ni de près ni de loin dans la gestion de la Ville à travers les différents cadres de prise de décision reconnus par la loi et les textes légaux. »

Patrick Nguwo

Lire aussi

Les plus populaires