Escroquerie à l’EPST : Willy Bakonga impose un système d’enseignement en ligne moyennant 10 USD obligatoire au profit de son fils biologique

 

Le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) impose un système d’enseignement en ligne à certaines écoles de la RDC et en particulier aux écoles catholiques à dix (10) dollars américains. Les élèves sont donc contraints à se soumettre à cette obligation avant de passer l’examen alors que d’autres systèmes comme schoolap et Google-classroom proposent des services gratuits, dénoncent des parents contactés par ACTU7.CD.

Ce système critiqué par les parents impose aux élèves catholiques d’acheter une SIM à 10 dollars américains obligatoirement avant de passer les examens et c’est « l’argent de l’entreprise du fils de Bakonga iClass de SMARTAPPS », confient des sources bien informées.

Willy Bakonga, profitant de son rang du ministre de l’EPST, « a signé un contrat avec une entreprise dénommée SMARTAPPS qui appartiendrait à son fils ». A son tour, poursuivent des fins limiers du média en ligne non-aligné, l’inspecteur général de l’EPST aurait imposé cette entreprise aux écoles catholiques et cette entreprise « a sollicité Airtel pour vendre son application dans une SIM à 10 dollars américains par élève ».

Ces manoeuvres se font du moment où schoolap propose les meilleurs services que cette société. On aurait même proposé gratuitement au coordonnateur des écoles catholiques, mais il aurait répondu qu’il a reçu l’ordre du ministre Willy Bakonga pour travailler avec l’entreprise précitée. Ce qui revient à dire que le ministre sortant de l’EPST « entretient un flou juste pour l’intérêt de son fils biologique sans avoir pitié des parents ».

Ce n’est pas la première fois que le ministre Willy Bakonga soit cité dans une salle affaire. Ce membre du Gouvernement Ilunkamba est mêlé dans une autre sale affaire qui a vu certains cadres dudit ministère être interpelés et arrêtés pour détournements. Ce qui explique sa convocation par la justice le vendredi 16 avril.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires