Affaire Kanga : la FECOFA se refuse de toute communication ou commentaire en rapport avec son recours à la CAF

 

Dans un avis au public, la Fédération congolaise de football association (FECOFA) informe l’opinion qu’elle « se refuse de toute communication ou commentaire de quelque nature que ce soit en rapport avec son recours à la Confédération africaine de football (CAF) quant à l’usurpation d’identité du joueur Kanga de la sélection gabonaise ». L’instance faîtière du football de la RDC justice sa démarche pour le respect vis-à-vis de « sa consœur gabonaise et surtout des prescrits réglementaires en la matière ».

Dans cette même optique, la FECOFA s’interdit d’emprunter cette « vilaine piste des qualificatifs sulfureux, proches de l’injure facile pour s’en tenir uniquement, la conscience tranquille, aux éléments et argumentaires muscles contenus dans son dossier de dénonciation à la CAF qui n’est nullement tributaire de quelque durée quant à ce ». Elle affirme qu’une dénonciation auprès de la CAF « peut être soulevée à tout temps et tout lieu ».

Toutefois, la FECOFA reste confiante à la CAF, en ses Commissions permanentes et en ses organes juridictionnels. Voilà pourquoi elle dit s’attendre « à l’aboutissement heureux de cette affaire pour que soient préservés l’équité, l’éthique morale et la loyauté dans nos pratiques footballistiques sur le continent », précise sa Direction de communication.

La plainte en question de la FECOFA déposée à la CAF vise le joueur Kanga. D’origine congolaise, cet athlète aurait usurpé l’identité et aurait changé sa nationalité au profit des Panthères du Gabon. Mais pour la Fédération gabonaise du football (FEGAFOOT) qui a envoyé ses arguments à la CAF, « la RDC, qui a perdu sur l’aire de jeu, n’a pas d’argument ». Les deux fédérations sont donc suspendues à la suite réservée par la CAF. L’enjeu reste la qualification à la phase finale de la CAN 2021 au Cameroun.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires