Kwilu-Assemblée provinciale : Le SG de l’UDPS Kibassa condamne la séquestration des membres du Bureau d’âge par le Chef de la police

 

Un incident malheureux s’est passé ce mardi 18 mai 2021, à l’Assemblée provinciale du Kwilu à Bandundu Ville, où les membres du bureau d’âge de cette assemblée délibérante ont été séquestrés par le Commissaire provincial de la Police Nationale Congolaise de cette province, alors qu’ils dirigeaient une plénière. Le Secrétaire Général de l’Union pour la démocratie et le Progrès Social (UDPS-Kibassa) qui a réagi suite à ces incidents, condamne avec la dernière énergie ce qu’il qualifie d’actes contraires aux principes de l’Etat de droit prôné par le Chef de l’Etat.

« Il y a des situations qui se passent dans notre pays, parfois nous sommes très loin, nous chantons Etat de droit alors qu’il se passe de choses de non État de droit dans notre pays. A Bandundu Ville (Province du Kwilu) au moment où nous vous parlons, le Président du Bureau d’âge ainsi que d’autres députés viennent d’être copieusement tabassés par le Commandant de la ville, le Général Kanone et ses acolytes. Ils ont copieusement tabassé le Président du Bureau d’âge alors qu’ils étaient dans une séance plénière avec le ministère de la santé sur comment implémenter le vaccin », a fustigé Séraphin Umba.

Lire aussi  Kabund annonce le lancement de son parti Alliance pour le changement et se classe dans l'opposition contre Tshisekedi

Le Secrétaire général de l’UDPS Kibassa invite les autorités hiérarchiques compétentes « à se saisir de ce dossier et surtout punir ce Commandant de la PNC ».


« Ce sont les choses que nous ne pouvons pas admettre en tant que chantres de la démocratie et nous demandons de ce fait, que le Vice-premier ministre en charge de l’Intérieur et sécurité et les hauts gradés des services de sécurité, puissent relever ce Commandant de ses fonctions parce que nous ne pouvons pas tolérer pendant que le Chef de l’Etat se bat bec et ongles pour installer l’Etat de droit, que pareille situation puisse se produire dans notre pays », a conclu Séraphin Umba Kapepe.

CP

Lire aussi

Les plus populaires