État de siège : Un mois après, “la situation sécuritaire reste inquiétante” (Kiputulu Moïse, Nouvelle Société Civile)

 

Le dimanche 06 juin 2021, l’état de siège décrété dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri pour éradiquer les violences commises par les groupes dans ces entités, a totalisé un mois.

En réaction, la Nouvelle Société Civile en territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu regrette que malgré cet état de siège, les civils continuent à être tués dans des agglomérations tant urbaines que rurales.

Son coordonnateur Kiputulu Moïse révèle que la situation sécuritaire dans le Nord-Kivu voire en Ituri, reste toujours inquiétante comme avant l’état de siège. Il plaide cependant pour l’évaluation des opérations menées jusqu’ici.

“La Nouvelle Société Civile Congolaise Territoire de Beni n’a rien constaté comme changement sur les massacres et d’autres violations des droits de l’homme orchestrés par l’ennemi de la population pendant l’état de siège malheureusement”, a dit ce mercredi 09 juin à ACTU7.CD Kiputulu Moïse.

À lui de poursuivre : “Avant, pendant et après les 30 jours de l’état de siège, la situation sécuritaire reste inquiétante. L’évaluation dudit état de siège s’avère indispensable pour rassurer les citoyens congolais de la région”.

La décision d’instaurer l’état de siège au Nord-Kivu et en Ituri avait été prise par le Président de la République Félix Tshisekedi pour donner le pouvoir aux militaires afin qu’ils restaurent l’autorité de l’État dans ces entités longtemps meurtries par l’activisme des groupes armés. Elle était entrée en vigueur le jeudi 06 juin dernier.

Les Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR), des Forces Démocratiques Alliées (ADF) et beaucoup d’autres groupes armés semblent toujours actifs malgré les opérations annoncées et en cours dans les régions insécurisées.

Christopher Kambale, à Butembo

Lire aussi

Les plus populaires