Coalition CACH : l’UNC décide d’évaluer « sans complaisance » l’Accord de Naïrobi pour obtenir la libération de Kamerhe

 

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC) a, dans une déclaration faite le mercredi 16 juin, lancé l’évaluation de l’Accord de Nairobi entre Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe et de son partenariat politique conclu avec son partenaire, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) au Kenya. Une démarche amorcée en vue de l’obtention de la libération de son président condamné en appel à 13 ans de prison.

« La Direction de l’UNC décide de procéder, dès ce jour, à l’évaluation sans complaisance de l’accord de Naïrobi et du partenariat politique du parti aussi bien dans le Cap pour le changement (CACH) que dans l’Union sacrée de la nation », mentionne un communiqué émanant du directoire de ce mouvement politique. Selon le document, il est recommandé aux gestionnaires du parti d’ « étudier toutes les options politiques conformes à la loi en vue d’un partenariat duquel le parti obtiendra la libération du président national Vital Kamerhe ».

Lire aussi  Visé par une motion de censure, Ilunkamba refuse de se présenter à l'assemblée nationale et donne une leçon de droit au bureau d'âge (document)

L’UNC constate que « malgré ses appels incessants à l’endroit du Président de la République, chef de l’Etat et magistrat suprême, en vue de son implication en tant que garant du fonctionnement des toutes les institutions y compris, celles judiciaires, celui-ci n’a pas fait assez pour permettre à Vital Kamerhe d’accéder à un procès équitable ».


Bien au contraire, l’UNC condamne et dénonce les irrégularités criantes observées au cours de la procédure en appel. « Le comportement des juges dénotait déjà d’un intéressement certain dans cette affaire, sinon des injonctions des instances obscures continuellement communiquées en pleine audience et qui en perturbaient le déroulement », explique le parti de Kamerhe.

En attendant les retombées de cette « évaluation » l’UNC, via sa Direction politique nationale, a, dans ce document parvenu à ACTU7.CD, demandé à ses élus à tous les niveaux « de suspendre leur participation aux activités politiques du CACH et de l’Union sacrée de la nation, en ce, comprises celles du groupe parlementaire CACH jusqu’à nouvel ordre ».

Lire aussi  Mise en place CENI, Mboso à Bahati : "il n’y a pas forcing...le quota de composantes qui n’ont pas déposé les noms de leurs délégués, restera vacant"

José Muyaya

Lire aussi

Les plus populaires