RDC : L’Assemblée nationale se penche sur une huitième prorogation de l’état de siège ce jeudi

 

Les députés nationaux de la République Démocratique du Congo (RDC) vont examiner, au cours de la plénière de ce jeudi 16 septembre 2021, la proposition de loi portant prorogation de l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et l’Ituri.

Cette annonce est du député Joseph Lembi Libula, rapporteur de l’Assemblée nationale. Cette huitième prorogation de l’état de siège avait été validée par le Gouvernement central lors de la réunion du Conseil des Ministres tenue vendredi dernier.

Sur terrain, la situation est jugée plus préoccupante par les acteurs de la société civile et même des élus nationaux et provinciaux. Dans la province de l’Ituri, par exemple, les rebelles ougandais des Forces Démocratiques Alliées (ADF) ont littéralement investi la chefferie de Walese Vonkutu dans le territoire d’Irumu. Attaques violentes contre les villages, morts d’hommes, incendies répétitifs des véhicules sur l’axe Luna-Komanda…ici, l’état de siège « est un slogan vide », disait il y a quelque jours un acteur politique local. Il faut dire que la circulation routière entre Komanda et Luna reste hypothétique malgré les escortes de l’armée et des casques bleus.


Pendant ce temps, la fameuse Coopérative pour le Développement au Congo (CODECO), active dans le territoire de Djugu, une partie de Mahagi et Irumu, multiplie depuis quelques mois ses attaques contre les positions de l’armée. Les forces armées nationales ont récemment infligé de lourdes pertes à cette milice dans la zone de Kobu.

Dans la province voisine du Nord-Kivu, la situation est loin de s’améliorer. Des attaques des ADF et autres milices sont fréquemment rapportées. L’insécurité grandissante dans leur ville a provoqué l’ire des jeunes de quelques quartiers de la ville de Beni. Le week-end dernier a été très tendu dans la commune Mulekera. Un présumé bandit avait été tué par ces jeunes en colère. Une cinquantaine de manifestants avaient été arrêtés par les forces de l’ordre. C’est dans ce climat que la société civile de Beni avait décrété deux (2) journées sans activités pour dénoncer cette insécurité.

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires