RDC : L’État de siège a vu en effet une augmentation de 10% du nombre de violations et abus des droits de l’homme (Bintou Keita à l’ONU)

 

Le conseil de sécurité des Nations-Unies a tenu lundi 07 décembre une réunion consacrée à la situation sécuritaire et humanitaire en République Démocratique du Congo.

Prenant part à cette réunion, Bintou Keita, l’envoyée de l’ONU en RDC a noté que la période de l’État de siège, décidé en mai dernier, a vu en effet une augmentation de 10% du nombre de violations et abus des droits de l’homme dans le pays, comparée à la période précédente.

Selon la représentante du secrétaire général de Nations-Unies en RDC, cette situation est attribuable dans la grande majorité aux groupes armés et aux forces de sécurité dans les deux provinces sous administration militaire. (Nord-Kivu et de l’Ituri).


« Une solution durable à la violence à l’Est de la RDC nécessite un engagement politique plus large pour s’attaquer aux causes profondes des conflits. Afin que la stabilité revienne à l’Est du Congo, l’État doit réussir à restaurer et à maintenir la confiance de la population en sa capacité à protéger, administrer, délivrer la justice et répondre à ses besoins essentiels » a déclaré la cheffe de la MONUSCO.

Lire aussi  Ituri : Après plus d'un mois d'accalmie, de nouvelles incursions des ADF signalées dans le groupement Bangole

Depuis mai dernier, les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri vivent sous administration militaire suite à l’État de siège décrété par le Chef de l’État Félix Tshisekedi « pour éradiquer l’insécurité dans l’Est ». Des manifestations politiques sont interdites.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires