Discours sur l’état de la Nation : à chacun sa perception !

Troisième discours sur l’état de la Nation de Félix Tshisekedi. Comme de coutume, presque tous les secteurs de la vie nationale ont été évoqués ce lundi 13 décembre au palais du peuple devant le parlement réuni en congrès.

Un exercice fort périlleux que de donner le carnet de santé d’un pays jusque-là en lambeaux sur tous les plans. Le Congo est à refonder, font noter des analystes qui rappellent que la tâche n’est pas facile mais abordable et que seule une dose suffisante de volonté politique peut venir à bout de l’équation.

Les attentes des congolais sont nombreuses. Tshisekedi a fait un tour d’horizon dans les domaines de la santé, la paix, l’éducation mais aussi et surtout en reconnaissant au passage que le social de ses compatriotes de manière générale n’appelle pas à se frotter les mains lorsque la majorité est loin d’avoir accès aux services sociaux de base. Courageusement, il promet la poursuite des efforts pour donner du sourire à tous.

Lire aussi  Kinshasa : Ces policiers déguisés en agents spécialistes des tracasseries routières

À ce sujet, certains congolais estiment que, c’est du déjà entendu. L’heure est plutôt au concret pour se démarquer de la «vieille rhétorique» héritée des régimes précédents. Un mode d’emploi sur lequel des politiques ont trouvé refuge en se moquant cyniquement du peuple éternel naïf.

Soit estiment d’autres semblables de Lumumba, Kimbangu, Kimpa Vita qui, poussant leurs raisonnements au-delà de la barre, demandent à chaque congolais ayant eu sa part du discours du président de la République pour analyse de donner le temps au temps.
Ce juge incorruptible.
Départageons les deux camps à la manière de Salomon en rappelant que le bonheur du Congo dépend du comportement de tout un chacun aujourd’hui.
Ensemble, la main dans la patte.

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires