FC Renaissance : Suspendus, Mandala et son groupe rejettent la décision et menacent de sanctionner Mukuna conformément aux statuts

 

Il n’a pas attendu une journée entière, pour donner la voix en réaction à la bombe lancée par l’évêque Pascal Mukuna. Le comité Mandala a aussitôt informé de ce qu’il qualifie de farce, fixé l’opinion sportive sur cette crise que couve désormais le club vert et blanc.

Le vendredi 17 décembre 2021 n’a pas été de tout repos pour le FC Renaissance. Déjà plongé dans une crise des résultats sportifs en ce début de championnat, le club orange est désormais confronté à une nouvelle crise cette fois-ci, institutionnelle.

Il est finalement sorti de sa tanière en brisant le silence. Pascal Mukuna était devant la presse le vendredi 17 décembre dans la commune de Bandalungwa pour aborder différentes questions liées à la gestion du club.


Au cours de ce face-à-face avec les chevaliers de la plume, l’évêque Pascal mukuna, président du conseil d’administration du club décide contre toute attente de suspendre Willy Mandala président de coordination et tout son comité pour incompétence et insuffisance des résultat. « Willy Mandala est un mauvais souvenir au FC Renaissance et il est à comparer à Max Mayaka, qu’il (Mukuna) considère comme persona non grata. La contre-performance de l’équipe est due à l’incompétence de Willy Mandala qui doit faire autre chose d’où sa suspension et de tout son comité », a-t-il dit.

Lire aussi  Victoire de la RDC contre le Madagascar : Tshisekedi félicite les Léopards et les exhortent à garder le même élan de réussite pour le match retour

Mandaté par Willy Mandala, alors absent du pays, le conseiller Zéphyrin qui assure l’intérim du président du FC Renaissance, accompagné d’André Tutonda, le secrétaire sportif et autres membres du comité, ont sur instructions du président en exercice du club botté en touche la prise de position du camp Mukuna et « démontré le caractère illégal de celle-ci ».

Ils ont à leur tour « lancé un rappel à l’ordre à l’évêque Mukuna faute de quoi, le pasteur risque d’être frappé par des sanctions prévues par les statuts du club ».

« Le président Mandala m’a donné mandat (intérim), et j’utilise mon mandat jusqu’à son retour car il revient d’ici peu. Le conseil d’administration n’a jusqu’à preuve du contraire aucun droit d’engager le club, parce que selon nos statuts, c’est le comité qui a la compétence d’installer le conseil d’administration qui jusqu’à présent ne l’est pas encore et par conséquent ce conseil que dirige l’évêque Mukuna n’a pas le pouvoir de dissoudre notre comité élu », a d’entrée de jeu réagi le conseiller Zéphyrin.

Lire aussi  UEFA Europa League/16e de finale : Young Boys de Meschak Elia battu 1-3 par Sporting CP à domicile

Et de poursuivre, « en plus de cet aspect, vous devez savoir que nos statuts sont clairs. Lorsqu’un membre viole intentionnellement une disposition statutaire, ce dernier sera frappé d’une suspension de 3 mois et a 20 jours pour s’expliquer devant le comité élu, ainsi l’évêque Mukuna risque une suspension de 3 moisa ».

Élu il y a seulement 4 mois, le comité Willy Mandala peine à s’affirmer aux yeux des supporters faute des résultats sportifs qui tardent à venir avec seulement 8 points et une piètre 14ème place au classement qui explique la crise actuelle entre les deux ailes.

Rédaction

 

Lire aussi

Les plus populaires