Polémique : Église ou bien privé, quelle confusion ?

 

La toile brûle depuis qu’un pasteur responsable d’une église compté parmi les plus puissants de Kinshasa et du Congo a consacré son fils serviteur de Dieu, entendez Berger ou Pasteur comme lui.

Léopold Mutombo Kalombo désormais sur les traces des défunts Sikatenda Jacques, Emmanuel Mbiye, M’zee Aidini Abala, couple Olangi, Kutinho Fernando… Du coup, une polémique voit le jour. Que vise le fondateur du ministère Amen ? Alors que ses pairs précités ont, contre toute attente, légué à leurs postérités en guise d’héritage, les églises dont ils étaient plutôt responsables, plusieurs personnes ne doutent plus des intentions de l’Apotre Mutombo Kalombo de chuter de la même manière que les autres.

Pendant ce temps, le législateur classe les Églises sur la catégorie des ASBL et recommande à chacune d’elles de se doter des statuts où les régles du jeu sont définies. À titre illustratif, la hiérarchisation du pouvoir, la problématique de la succession, l’orientation sur la gestion des avoirs, la création d’un compte bancaire propre à l’Église…

Lire aussi  À un mois de sa visite en RDC, le Pape François remet au secrétaire d'État du Vatican une lettre de démission "en cas d'empêchement médical"

À Kinshasa comme un peu partout à travers le pays, la prolifération des Églises suscite, d’entrée de jeu, plusieurs préoccupations sur les préalables à remplir par les personnes désireuses de créer une Église.

C’est ici que tout le monde s’accorde sur l’origine des conséquences qui surviennent au sein des Églises, notamment en termes de succession, de gestion du patrimoine et autres biens de l’Église. Soulignos autant le fait que les Pasteurs eux, évoluant en électrons libres, sans aucune contrainte légale et dans l’optique d’assurer l’avenir de leurs enfants, créent, bible à l’appui, une sorte de pouvoir spirituel héréditaire au moyen des enseignements tordus à la base de la superstition rendant les fidèles obéissant à tout bout de champ.

Mission accomplie, l’Église porte à ce moment là, la touche « X ». Ainsi nacquit le vagabondage la confusion, la délinquance spirituelle et autres.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires