Ituri: La Nouvelle Société civile alerte sur les décès en cascade à la prison centrale de Mambasa

 

La prison centrale de Mambasa, à près de 160 kilomètres, au sud de Bunia, dans la province de l’Ituri vit une véritable série noire de décès de ses pensionnaires depuis le début de cette année.

À en croire un mini-rapport produit par la coordination territoriale de la Nouvelle Société Civile du Congo (NSCC) transmis à ACTU7.CD, au moins 15 prisonniers sont morts depuis janvier 2022. Maître John Musombolwa attribue cette situation alarmante à la « malnutrition sévère » qui frappe les prisonniers faute d’une dotation en vivres.

Pointant du doigt la surpopulation de cette maison carcérale, le coordonateur de la NSCC à Mambasa met les autorités congolaises « devant leur responsabilité ». Un appel à l’aide et à la solidarité a également été formulée aux humanitaires et à toute la population de Mambasa.


« (…) Il ne passe plus une semaine sans enregistrer des cas de décès (…) Pour le seul mois de janvier 2022, on compte facilement plus de 15 prisonniers décédés suite à la malnutrition sévère (…) Aujourd’hui ces compatriotes prisonniers continus à mourir à cascade (…)Tout en appellant au Gouvernement congolais de prendre ses responsabilités en mains afin de sauver la vie de ces prisonniers, nous appelons toute personne physique ou morale de bonne volonté et épris d’humanisme de venir en aide à cette population de la prison de Mambasa qui ne sait plus à quel saint se vouer », écrit Maître John Musombolwa dans ce document.

Lire aussi  Kasaï : Le TGI/Tshikapa démarre des audiences des 50 présumés auteurs de violences sexuelles

ACTU7.CD a tenté, en vain, d’avoir la réaction du directeur de la prison centrale de Mambasa sur cette situation. Construite dans les années 1950, la prison centrale de Mambasa est à ce jour « submergée et débordée. Plus de 512 prisonniers sont hébergés dans cette maisons carcérale dont la plupart « sont des détenus préventifs, certains parmi viennent passer entre 10 et 16 mois sans avoir été jugés ».

Andy Kambale Matuku

 

Lire aussi

Les plus populaires