Ituri : Tensions à Biakato après la mort d’un enseignant tué par un policier

 

Journée très agitée ce lundi 28 mars 2022 à Biakato, à au moins soixante-quinze (75) kilomètres au sud de Mambasa, dans la chefferie de Babila Babombi, dans la province de l’Ituri. À la base de cette situation, l’assassinat par balle d’un enseignant d’une école secondaire de la place.

D’après les sources de la société civile locale, Moïse Muhindo, enseignant à l’Institut Faida Yetu de Biakato, a été tué abattu par balles tirées par un élément de la Police Nationale Congolaise (PNC) dans la nuit du 27 mars 2022. Cet élément de la PNC est présenté par la société civile de Babombi comme un « délinquant policier ».

Les motifs clairs de cet acte n’ont pas été mis en évidence. Se confiant à ACTU7.CD, un habitant de Biakato, qui dit avoir assisté à cette scène, révèle que l’enseignant a été tué quand il voulait s’approcher du policier pour lui demander du feu afin d’allumer sa cigarette. Ce policier qui était en ces moments même en pleine querelle avec sa compagne, a tiré sur l’enseignant qui est décédé sur place.


À l’annonce de cette nouvelle, les élèves des écoles de Biakato sont descendus dans les rues. Plusieurs écoliers et élèves ont été extraits de leurs écoles par d’autres qui manifestaient déjà. D’après Gilbert Kasereka Sivamwenda, coordonateur de la société civile dans la chefferie de Babila Babombi, les activités socio-économiques ont été du coup paralysées. Quelques élèves ont été placés en détention par la PNC, mais la société civile est en train de négocier leur remise en liberté, ajoute la même source.

Le présumé meurtrier a été transféré à Mambasa où il est en train d’être jugé en flagrance par le tribunal militaire de garnison de l’Ituri. Pendant ce temps, les collègues de la victime exigent que la police supporte les frais liés aux obsèques de leur camarade. Ce policier, s’il est reconnu coupable, risque la peine capitale.

Andy Kambale Matuku, à Mambasa

 

Lire aussi

Les plus populaires