Procès 100 jours : Le tombeau est vide!

L’expression mise en exergue dans le titre, rappelle bien un événement glorieux pour les chrétiens. La résurrection de Jésus Christ trois jours après son enterrement laissant le tombeau vide tel que le constatèrent les femmes qui y sont retournées selon la coutume juive.


Cette illustration est-elle applicable au cas Kamerhe, Daniel Shangalume et Samih Jammal, tous accusés dans le cadre du procès 100 jours du programme d’urgence du président de la République volet maisons préfabriquées destinées aux militaires? C’est la principale preocupation dans ces lignes.

Accusés pour détournement des fonds destinés à la construction des 3000 maisons préfabriquées, les deux condamnés à des peines lourdes et l’autre jusque-là prévenu, sont à ce jour libérés après deux ans de prison seulement pour les uns et quelques mois pour l’autre.


Un scénario qui déstabilise des analystes les plus avertis au point de les jeter dans un fleuve des questionnements sans limite. Que sont devenus les 3000 maisons? Quel sort a-t-on réservé aux matériels destinés à la construction de ces maisons mais se retrouvaient encore dans les différents ports africains? La série est longue.

Le tombeau est vide, autrement-dit les cellules de la prison de Makala où les concernés ont été placés sont désormais vidées de leurs occupants. Mais où est l’argent détourné pour lequel tant d’heures d’un procès médiatisé à outrance ont été mobilisées ? À chacun des congolais une réponse.

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires