Agression rwandaise : Moïse Katumbi pète le plomb

Le chairman d’Ensemble pour la République, Moïse Katumbi Chapwe a étonné la galerie de part sa réaction en rapport avec l’agression de la RDC par le Rwanda.


Une réaction tardive mais controversée dans la mesure où, l’ancien gouverneur du Katanga, devenu opposant à Kabila par trahison puis à Tshisekedi dans le cadre de la coalition Lamuka avant de tourner casaque à celle-ci pour rejoindre comme de coutume, le pouvoir via l’Union Sacrée, a tapé à coté de l’objectif en abordant autre chose que ce que l’on attendait de lui en sa qualité de leader politique au même rang que Bemba, Fayulu, Vuemba, Bahati, ect… Moïse Katumbi a pété le plomb.

En substance, voici le message de celui dont le silence a poussé à la révolte :
 » J’appelle au maintien d’un dialogue franc, sincère et dépassionné entre les pays de la sous-région. Il est urgent que les accusations réciproques cèdent le pas ».



Clairement, Katumbi qui n’ose même pas citer le Rwanda, refuse par contre aux congolais de formuler des accusations contre ce pays agresseur. Quel degré de patriotisme ! S’exclame un analyste. Triste, dès lors que le peuple au nom de qui tous parlent comprend de quel coté se trouve Katumbi dont la belle famille est rwandaise.
Ici, il faut déduire vite que, le prétendant candidat président de la République, a choisi de protéger les liens familiaux qu’il partage avec le Rwanda que l’intérêt de la nation.

À Katumbi visiblement théoricien des palabres, de savoir que le peuple n’est plus dupe, fait remarquer un analyste qui souligne que « sa sentence contre les politiques familiers du plomb arrive et bientôt ».

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires