Ituri : La justice « appelée à trancher les conflits » entre deux sociétés minières à Mambasa

 

La population de Mambasa, dans la province de l’Ituri, « risque de payer le pot cassé » du conflit autour des carrés miniers que se disputent deux (2) sociétés minières, parrainées par des sujets chinois. C’est le cris d’alarme lancé ce lundi 25 juillet 2022 par un notable de ce coin de la province de l’Ituri qui appelle, à l’occasion, la justice à « trancher en toute impartialité » tous les cas de litige entre les coopératives minières.


Au cours d’un entretien exclusif avec ACTU7.CD, ce notable ayant requis l’anonymat renseigne que ce conflit oppose la société Oriental Ressources Congo (ORC) et la Coopérative Minière des Orpailleurs de l’Ituri (COMOI). Ces deux (2) sociétés minières financées par des sujets chinois se disputent la gestion et l’exploitation de la carrière dénommée « Camp Butembo », révèle notre source.

Tout en condamnant l’attitude de la COMOI qui « n’a pas respecté une décision rendue » par le Tribunal de Grande Instance de Bunia la condamnant à deux cent (200) mille dollars de dommage et intérêt en faveur de sa rivale ORC, ce notable renseigne que la COMOI a récupéré ses engins gardés sous scellé par décision judiciaire et les a déplacé vers Mayuano, à plus de trente-cinq (35) kilomètres au sud de Mambasa.


« (…) Ce n’est pas normal qu’une société néglige notre justice jusqu’à ce point. Si ce conflit n’est pas bien géré, la population de Mambasa en payera le pot cassé. Que la justice rende ses décisions de façon équitable et juste. Ce n’est pas normal qu’une société se permette de déplacer des engins en toute négligence et en plus la nuit (…) Est-ce que les services de sécurité étaient au courant de ça ? » , s’est-il interrogé.

Le 12 juillet 2022, le Tribunal de Grande Instance de Bunia a condamné la COMOI au versement de deux cent (200) dollars de dommage et intérêt pour avoir envahi et exploité un carré minier appartenant à l’ORC. Cette société a été obligée de verser également dix (10) mille dollars d’amendes.

Mécontent de cette décision, le ministère public est allé en appel. Pendant que le dossier n’est pas encore tranché à la cour d’appel, la COMOI a récupéré et transféré ses matériels scellés de la carrière Moba pour Mayuano, apprend ACTU7.CD. Ces engins sont notamment constitués de quatre (4) ponclets, trois (3) chargeurs, trois (3) bennes, trois (3) conteneurs et deux (2) citernes.

La rédaction

 

Lire aussi

Les plus populaires