Vidiye Tshimanga, l’arbre qui cache la forêt ?

 

L’affaire Tshimanga occupe depuis vendredi 16 septembre, le top de l’actualité. Le scandale de corruption dans lequel, le conseiller spécial stratégique de Félix Tshisekedi est trempé cacherait selon des analystes, tant d’autres affaires similaires.

Ceci dit, à suivre le récit de la conversation entre le spécial stratégique et les investisseurs miniers non autrement identifiés dans la capitale anglaise, l’argument semble tenir. Selon Tshimanga, au Congo Kinshasa, investir dans le domaine des Mines requiert avant tout une couverture d’un puissant de la sphère politique du pays. Un royaume auquel il appartient en sa qualité de proche du président de la République. Vidiye a eu tout le temps possible de vanter sa position, vendant ainsi l’image d’une République bananière. Il a marché à contre courant des efforts titanesques de son chef hiérarchique visant à redorer le blason terni du pays.

Aisément, des propos du conseiller, une seule conclusion s’impose : le mal est profond et que Tshimanga est un cas parmi tant d’autres. À La présidence de la République comme dans d’autres institutions, le nettoyage devient urgent. Le contraire alerte un observateur, n’est pas démontrable tant les mafieux ont démontré leur capacité de nuisance.


Hier comme aujourd’hui, rappelle-t-on, la RDC a toujours aspiré au bonheur de sa population. Mais de toutes parts, il est fait état de la confiscation du bien-être des Congolais par une caste déterminée à promouvoir les antivaleurs dont la corruption, la gabegie financière, les détournements des derniers publics et par dessus tout, l’égocentrisme.

Du cas Vidiye Tshimanga, la population attend voir des mesures à même de décourager la race au front pour combattre les efforts fournis par l’autorité suprême visant à sortir le pays de son carcan.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires