Agression rwandaise contre la RDC, une fois de plus Kagame nargue le monde

 

L’absence du président rwandais au mini-sommet de Luanda est interprétée dans tous les sens mais convergeant vers une seule conclusion; Paul Kagame vient une fois de plus de narguer le monde au moment où, on l’attendait le moins.

Les chefs d’État présents dans la capitale angolaise se sont contentés de la présence de Vincent Biruta, ministre rwandais des affaires étrangères représentant le président de la République empêché. Alibi, notent plusieurs analystes qui n’en reviennent pas tant la matière traitée était d’une importance non de moindre bien que contre Kigali à lire seulement les décisions qui sont sorties de cette rencontre.

Vincent Biruta l’a appris à ses dépens. Le M-23 sommé de déposer les armes dès ce vendredi 25 novembre et de se retirer du territoire congolais dès le 27 novembre. Les choses se précipitent contre ce mouvement terroriste.


À la date butoir, si rien n’est fait, la force régionale se verra dans l’obligation d’intervenir pour désarmer de force les pseudos rebelles et imposer la paix.

Paul Kagame qui savait à l’avance qu’il va pleuvoir sur lui, a séché la réunion. Son absence n’a pas réduit néamoins la volonté des participants d’aller de l’avant dans le cadre du processus de Luanda. Les dés sont jetés n’en déplaise à Kigali. Et à réaliser que la guerre dans l’Est de la RDC réjouisse le dirigeant rwandais, cela ne peut qu’étonner. Il y a anguille sous roche, tonne un analyste, spécialiste des grands lacs…

Au-delà de tout, il faut dire que le Congo et son peuple ont besoin de la paix. D’où son adhésion aux processus de Luanda et de Nairobi que d’aucuns saluent sans ménagement.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires