Ituri : Une journée ville-morte suivie de l’incivisme fiscal décrétés à Mambasa « pour dénoncer l’insécurité et la dégradation des routes »

 

Les activités socio-économiques sont à l’arrêt depuis les premières heures de la matinée de ce mardi 29 novembre 2022, dans plusieurs grands centres du territoire de Mambasa, dans la province de l’Ituri. La société civile entend, par cette action, interpeller les décideurs sur l’insécurité grandissante qui prévaut dans la zone.

Au chef-lieu du territoire de Mambasa, aucune boutique n’a ouvert ses portes. Mêmes les cabines de revente des crédits téléphoniques, les terrasses et les parkings de taxi-moto sont quasi déserts. Les enseignants et leurs élèves sont également restés chez eux. Les deux (2) marchés de la cité sont déserts. Aucune station-service n’a ouvert.

Même scénario à Niania, dans la chefferie de Bandaka, à près de deux cents (200) kilomètres à l’ouest de Mambasa. Aucune activité socio-économique n’est fonctionnelle, apprend ACTU7.CD de plusieurs habitants de cette cité. Dans la chefferie de Babila Babombi, le mouvement de grève sera suivi à partir de mercredi 30 novembre 2022, renseigne la coordination de la société civile dans cette entité coutumière.


Pour faire pression sur les autorités afin de réhabiliter les routes, la coordination de la société civile a également décrété l’incivisme fiscal. Cette mesure entre en vigueur dès ce mardi 29 novembre 2022, renseigne le communiqué de la société civile de Mambasa parvenu à ACTU7.CD. Longtemps considéré comme « havre de paix » dans une Ituri trouble, le territoire de Mambasa subit de plein fouet l’activisme des rebelles ougandais des Forces Démocratiques Alliées (ADF).

Lire aussi  RDC : Pour Kabuya, la hausse des prix des biens de première nécessité est liée à la guerre dans l'Est

Andy Kambale Matuku, à Mambasa

 

Lire aussi

Les plus populaires