Kananga : Baisse vertigineuse du prix du maïs, une mesure passe de 17 000 à 2 500 FC

 

Après quatre (4) mois de calvaire dus à la flambée de prix de produits de première nécessité dans la quasi-totalité des marchés kanangais, la population du Kasaï-Central retrouvent bien le sourire face à la baisse vertigineuse du prix de maïs qui est considéré comme aliment de base dans la région.

Le prix d’une mesurette de maïs communément appelé « Meka » qui s’achetait à dix-sept mille francs congolais (17 000 FC) se vend désormais à deux mille cinq cent Francs congolais ( 2 500 FC) dans la plupart des marchés de la ville de Kananga où ACTU7.CD a sillonné ce samedi 07 janvier 2023.

Cette grande chute se justifie par l’abondance de ce produit sur les marchés kanangais, mais aussi « les efforts fournis par le Gouvernement provincial pour lutter contre la crise alimentaire », argumente certains analystes locaux.


« Nous remercions le Gouverneur de province John Kabeya pour ses efforts fournis. Nous avons maintenant beaucoup de maïs sur les marchés. Maintenant, nous vivons paisiblement avec nos enfants », a déclaré une vendeuse de maïs rencontrée au marché central de Kananga.

Contacté par le média non aligné, un analyste des questions économiques pense qu’il est temps que le Gouvernement provincial mette des stratégies pour sauver la province à la saison prochaine. Freddy Biamanyi souligne que ceci devrait commencer par l’amélioration des routes de desserte agricole pour permettre à la province de maîtriser le prix de denrées alimentaires, afin de parer à toute éventuelle crise.

« Il faut beaucoup travailler sur ce qui est structurel. Le structurel, c’est faire à ce que les unités de production existent, mais aussi les voies d’évacuation et que les politiques accompagnent. Il n’y a pas longtemps, au niveau de la province, on a eu à distribuer un peu de cash aux chefs de secteur pour qu’il puisse se lancer dans les activités agricoles, je pense que c’est le moment de faire le suivi pour que six mois après, on puisse nécessairement jouir du bénéfice de cette action-là », a déclaré le chef de travaux à l’université pédagogique de Kananga Fredy Biamanyi.

Vu la recrudescence des crises de denrées alimentaires au Kasaï-Central, l’exécutif provincial avait décidé de mettre en place le projet PAC (Politique Agricole Communautaire) qui consistait à donner les fonds aux chefs de secteur pour prioriser les travaux champêtres. En dépit de tout, les résultats de ce projet ne sont toujours pas en visibles sur terrain.

Pierre Kabakila, à Kananga

 

Lire aussi

Les plus populaires