Sommet spécial sur la RDC : Le communiqué final sur la persistance du M-23/RDF attendu ce samedi

Les Chefs d’États s’étaient rassemblés, ce vendredi 17 février 2023 à Addis-Abeba en Ethiopie, pour faire le point sur la situation sécuritaire précaire dans l’Est de la RDC, marquée notamment par l’agression rwandaise sous couvert du M-23.

Tenues en deux (2) temps, ces rencontres qui se sont tenues en marge de la 38è Assemblée générale annuelle de l’Union Africaine (UA) qui s’ouvre ce samedi 18 février, visaient à évaluer le niveau d’exécution de différentes recommandations de différents sommets ou rencontres de hauts niveaux sur la situation sécuritaire préoccupante en RDC, en vue de proposer des solutions.

En début de journée, Joao Lourenco (Angola), Evariste Ndayishimiye (Burundi), Félix Tshisekedi (RDC), William Ruto (Kenya), Suhulu Hassan (Tanzanie), Paul Kagame (Rwanda) ainsi que des représentants des chefs d’Etat de l’Ouganda et du Soudan du Sud ont essentiellement placé le curseur sur le mini sommet de Luanda du 22 novembre 2022, la réunion de haut niveau tenue à Washington DC le 12 décembre 2022 en marge du sommet USA-Afrique, mais aussi le 20è sommet extraordinaire de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) tenu le 4 février dernier à Bujumbura.

Lire aussi  Ituri : Au moins 3 morts dans une attaque de la CODECO contre un carré minier entre Djugu, Mahagi et Aru

Au cours de ces échanges à huis clos pendant près de quatre (4) heures, les chefs d’Etat ont examiné et adopté les rapports présentés par le commandant du mécanisme de vérification ad hoc et celui du commandant de la Force Régionale de l’EAC.

« Ces rapports, selon plusieurs sources, avaient confirmé le soutien multiforme du Rwanda aux terroristes du M23 », dit une dépêche de la presse présidentielle.

Ainsi, face à la persistance du M-23/RDF et à la dégradation de la situation sécuritaire, les chefs d’Etat se sont donnés quelques temps pour produire le communiqué final, qui interviendra ce samedi.

Il faut noter, cependant, que les Chefs d’Etat devaient surtout décider des correctifs indispensables à mettre en place pour en assurer la pleine exécution. Cette réunion élargie de la communauté d’Afrique de l’Est devrait également permettre d’harmoniser les canevas des processus de Luanda et de Nairobi.

En début de soirée, le Conseil de Paix et Sécurité de l’UA a tenu sa réunion consacrée à l’examen de la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC, présidée par le Chef de l’Etat sud africain, Cyril Ramaphosa. Cette réunion a donné, tour à tour, la parole au Président Lourenço de l’Angola en sa qualité de médiateur désigné de l’UA dans le conflit entre la RDC et le Rwanda ainsi qu’au Président Félix Tshisekedi, aussi Président en exercice de la CEEAC.

Lire aussi  Beni : 3 combattants ADF neutralisés par l'armée congolaise à Semuliki

Toutefois, en préliminaire, tous ont reconnu la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire sur terrain et se disent déterminés à proposer une voie de sortie qui préserve avant tout la souveraineté de la République Démocratique du Congo. Le sujet ne manquera pas d’être abordé à l’ouverture du 38 ème Sommet des Chefs d’Etat ce samedi 18 février 2023.

CP

Lire aussi

Les plus populaires