A Goma, des jeunes en colère contre Eliezer Ntambwe suite à sa prise de position pour le report des élections

 

Des jeunes de Goma sont en colère contre le député national Eliezer Mwamba suite à sa prise de position sur un média international contre l’organisation des élections en 2023.

Pour ces jeunes de Goma qui se sont confiés au média non-aligné, les propos tenus par le député Eliezer N. sont graves et mettent à nu « le projet de l’union sacrée qui vise à gratifier les députés avec un glissement de deux ans ».

Daudi Mwanyamba A. , un des jeunes leaders de Goma affirme que cet ancien collaborateur de Moïse Katumbi, devenu President de son propre parti politique affilié à l’Union sacrée de Félix Tshisekedi est « juste un écran mais le clavier qui l’utilise est ailleurs ».


Alors que Eliezer Ntambwe s’oppose à la tenue des élections en 2023, ces jeunes exigent de lui « un mea culpa à la population meurtie par la guerre et qui a pour seul moyen de changer les choses, les élections ».

Lire aussi  Kabund devant les combattants : "Nous allons faire de tout notre mieux pour que les sociétés viennent afin que vous soyez engagés"

Dans un entretien sur un média international, Ndeko Eliezer a demandé au peuple congolais de faire le choix entre sa sécurité, son développement et les élections prévues selon le calendrier électoral en décembre 2023.

« (…) Nous devons faire le choix entre la sécurité, le social et les élections. On ne peut pas tolérer que dans un pays qui est attaqué et dont la sécurité de ses compatriotes pose problème qu’on se concentre sur la tenue des élections, alors que même le social (le développement) demeure un combat (…) », a-t-il dit.

Selon lui, l’idéal devait être la restauration de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national avant de penser processus électoral.

« (…) Nous devons tous soutenir Félix Tshisekedi dans son combat contre le Rwanda qui agresse notre pays. Félix Tshisekedi que nous devons féliciter est celui qui nous a révélé que c’est Kagame qui attaque le Congo. Or, nous avions à la tête de ce pays un soldat qui avait peur de Kagame. Tshisekedi a grondé sur lui (…) », ajoute ce Député national.

Lire aussi  APK : Gentiny Ngobila dépose le budget 2021 évalué à 724 milliards FC

Par ailleurs, dans son intervention à Genève, Félix Tshisekedi a reconnu que l’agression rwandaise pourrait compromettre la tenue des élections dans le délai constitutionnel avant d’appeler aux sanctions contre Paul Kagame et son régime.

David Lupemba

 

Lire aussi

Les plus populaires