Élections 2023 : Pour Fayulu, « Tshisekedi doit partir le 23 janvier 2024 sans autre forme de procès »

Pour l’opposant Martin Fayulu Madidi, le Chef de l’État, Félix Tshisekedi qu’il traite d’usurpateur, doit partir le 23 janvier 2024 selon l’esprit et la lettre de la Constitution.

Le Président de l’Ecidé, (engagement pour la citoyenneté et le développement) a, pour une énième fois, emis un tel son de cloche à travers un message posté à l’attention des congolais ce lundi 27 mars, via son compte Twitter.

 » Congolais (es), il est établi que Monsieur Tshisekedi, l’usurpateur, doit partir le 23 janvier 2024 sans autre forme de procès », lit-on dans ce tweet.


Il promet, par ailleurs, de veiller au respect strict des certaines dispositions constitutionnelles en la matière, notamment les articles 70,105, 197 alinéa 4, et 198 alinéa 2 de la Constitution de la République Démocratique Congo (RDC) qui disposent que les mandats des dirigeants politiques ont une durée de cinq (5) ans.

Lire aussi  Kasaï-Oriental : Partis en appel, les candidats Gouverneurs élagués de la liste "jugent erronée l'interprétation de loi électorale"

Il sied de noter cependant qu’au cours d’un point de presse organisé la semaine dernière au siège de la CENI, Didi Manara Linga, deuxième (2è) vice-président de la centrale électorale, avait affirmé que l’organisation des élections dans le délai constitutionnel est « irréversible ».

Il convient de rappeler que les élections présidentielle et législatives en RDC sont prévues le 20 décembre 2023 et la passation pacifique du pouvoir prévue le 23 janvier 2024. Les Congolais de l’étranger vont participer pour la première fois à ce scrutin.

Cink Inkonge

Lire aussi

Les plus populaires