Conflit Teke et Yaka : Les déplacés projetent de manifester le lundi 9 octobre contre les conditions de vie difficiles à Bandundu

 

Accablés par des maux dus à leurs conditions de vie difficile, les déplacés du conflit entre le peuple Teke et Yaka, résidant au marché Malebo, au Bandundu Kwilu, projetent de tenir une marche pacifique ce lundi 9 octobre 2023.

À travers une déclaration à la presse ce jeudi 5 septembre, ces hommes et femmes motivent cette décision par la dénonciation de leurs conditions de vie qui demeurent inquiétantes depuis des années.

Ils crient contre la non-assistance des gouvernements central et provincial, des cas de décès récurrents suite au manque d’assistance en soins primaires et alimentaires, le chômage des enfants qui ne savent plus poursuivre leur scolarité et tant d’autres.


« Nous, déplacés du Conflit Teke et Yaka résidant au marché de Malebo, avons décidé de faire la marche pour ces problèmes qui nous dépassent ici dans la ville de Bandundu. La non-assistance de la part des gouvernements central et provinciaux ; Non-assistance pour les soins primaires et alimentaires qui provoque tant de décès dans notre site de Malebo. La non scolarisation de nos enfants pendant une année due au manque des fournitures scolaires. Nous avons des difficultés pour l’enterrement de nos frères qui meurent. Nous totalisons 69 cas « , ont-ils expliqué.

Lire aussi  FEC : le Conseil d'État convoque l'élection du président du Conseil d'Administration au 23 décembre

Ces déplacés disent ne pas comprendre pourquoi ils sont abandonnés, alors qu’il y a des autorités qui peuvent trouver solution à leur situation.

« Nous nous posons la question de savoir, nous sommes des Congolais ou des étrangers ? Parce que les gouvernements provinciaux de Kwilu, Maï-Ndombe et Kongo-Central nous ont abandonnés à notre triste sort. Nous maintenons la marche pour ce lundi à 8h », se sont-ils indignés.

Il importe de mentionner que la ville de Bandundu compte à présent quatre mille six cent soixante-neuf (4 669) déplacés, parmi lesquels, soixante-huit (68) femmes enceintes. Ils ont fui l’insécurité exacerbée par le conflit communautaire entre les Teke et les Yaka.

Jacob Séraphin Nkita

 

Lire aussi

Les plus populaires