Corneille Nangaa à Félix Tshisekedi : « Votre place n’est pas au sommet d’un État sérieux »

 

Félix Tshisekedi avait affirmé, en Belgique le 28 septembre dernier, sa détermination à « écraser ceux qui joueront et mettrons en danger la sécurité de la RDC ». Des propos qui ne passent pas dans les oreilles de Corneille Nangaa, ancien président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), qui s’est lancé dans la politique active.

Corneille Nangaa a, dans une lettre adressée à Félix Tshisekedi dont une copie est parvenue au médias en ligne non-aligné, estimé que, « quand un président menace d’écraser ceux qu’il est appelé de par ses fonctions, à conduire au bonheur et à la prospérité, il viole délibérément son serment constitionnel (article 74, alinéa 1,2,3,4,5 et 6) ».

Pour lui, les propos de Félix Tshisekedi foulent aux pieds les fondements du pacte républicain et ramènent définitivement le pays à une dictature.


« En menaçant et en écrasant votre peuple, vous violez votre serment, vous offensez la constitution et vous charcutez la déclaration universelle des droits de l’homme. En tournant ainsi le dos aux principes fondateurs de la communauté des Nations. Vous découvrez beaucoup trop tard que votre place n’est pas au sommet d’un État sérieux et porteur d’avenir comme la RDC », a-t-il déclaré.

Lire aussi  Kinshasa : La NOGEC sera en meeting le 05 septembre pour célébrer son 6ème anniversaire d'existence

De ce fait, Corneille Nangaa invite Félix Tshisekedi « à écraser les ennemis du pays », plutôt que d’écraser le peuple.

« Je veux que vous sachiez que les véritables cibles à écraser sans état d’âme, c’est plutôt le M23, les ADF/NALU, vos alliés des FDLR et autres milices que vous entretenez. Ce sont eux qui occupent impunément notre territoire, massacrent nos compatriotes et pillent nos ressources. Qu’attendez-vous pour les écraser ? », s’est-il interrogé.

Par ailleurs, l’ancien patron de la centrale électorale appelle le Chef de l’État Félix Tshisekedi à quitter ses fonctions de Président de la République « pour permettre au pays de bien fonctionner ».

Frank Kalonji

 

Lire aussi

Les plus populaires