Insécurité à Lubumbashi : Une trentaine de bandits arrêtés par la police

 

Une trentaine des bandits à main armée ont été arrêtés par la Police Nationale Congolaise (PNC) dans la ville de Lubumbashi au Haut-Katanga. Ces personnes sont citées dans plusieurs exactions perpétrées dans cette ville depuis un moment.

Il s’agit notamment des récidivistes, les déserteurs de la police nationale congolaise ainsi que deux (2) militaires FARDC. D’autres sont aussi accusés d’avoir commis une série de braquages, de cambriolages et même des agressions sexuelles dans plusieurs quartiers de Lubumbashi, dont Penga Penga, Kisanga et à Kasumbalesa.

Le Gouverneur du Haut-Katanga, content de la nouvelle, attribue ce joli coup de filet aux forces de l’ordre, « qui ne ménagent aucun effort » pour la sécurisation des personnes et de leurs biens. Jacques Kyabula reconnaît que cette vague d’arrestation est le fruit d’une collaboration épanouie entre la Police Nationale Congolaise et le Groupe de Recherche et d’Investigation Criminelle du Haut-Katanga.

Lire aussi  RDC : Dénis Mukwege n'est pas candidat à la présidence de la CENI (Fondation Panzi)

« On ne baissera pas les bras ! Les forces de sécurité viennent de mettre la main sur une trentaine de bandits à main armée. Parmi eux, des récidivistes, des déserteurs de la police nationale congolaise et deux (2) militaires FARDC. Ils ont braqué, cambriolé et même violé des filles aux quartiers Penga Penga et Kisanga à Lubumbashi et aussi à Kasumbalesa. Cette vague d’arrestation est le fruit de la collaboration entre la PNC et le groupe de Recherche et d’Investigation Criminelle du Haut-Katanga », a-t-il écrit sur son compte X.

Il faut dire que c’est pour la énième fois que des bandits sont arrêtés en cascade par les forces de l’ordre à Lubumbashi. Cette nouvelle vague d’arrestation marque une volonté avérée de lutter contre l’insécurité dans cette partie de la République Démocratique du Congo.

Jacob Séraphin Nkita

Lire aussi

Les plus populaires