Assemblée nationale : mandat électif, ministres élus députés sommés de démissionner de leurs fonctions pour être validés

 

Christophe Mboso, président du bureau d’âge de l’Assemblée nationale a été intransigeant à ce sujet au cours de la plénière de lundi 12 février. Les ministres élus députés ont été sommés de démissionner de leurs fonctions dans un délai de huit jours avant d’être validés.

Il pleut sur au moins trente neuf, (39 )membres du gouvernement Sama Lukonde élus députés nationaux. Ce délai leur accordé ne souffre d’aucune exception. Cependant, à lire dans les faits et gestes des certains ministres concernés, ils ne donnent nullement l’impression de vouloir partir. Ceux là seront surpris par le temps qui confond les calculs des humains. Il est de notoriété publique qu’un mandat électif ne soit pas exercé concomitamment avec une fonction publique en cas de nomination. Le cumul des fonctions n’a aucun contenu dans un pays sérieux. Ou l’on abandonne l’une et l’on choisit l’autre et vice-versa.

Bien que le gouvernement sera celui des ministres intérimaires en commençant par le premier ministre élu député national de Kasenga au Haut- Katanga, les fonctions doivent être exercées pour la bonne marche du pays.
Jean Pierre Bemba est pressenti premier ministre ad intérim dans le cas où Sama Lukonde optait pour l’hémicycle de Lingwala. Les ministres non élus pourront chacun prendre la direction d’un ou deux ministères restés sans maître à bord. Peter Kazadi, s’en va avec lui, Vital Kamerhe. Seul Bemba garde son poste de vice-premier ministre et de surcroît , premier ministre intérimaire.

Lire aussi  "Mboka esi ekufa" : heureux les initiés !

Mboso Nkodia Mpwanga, président bureau d’âge veut voir clair avant d’accorder un quelconque pouvoir de siéger au palais du peuple à un ministre élu député national. Le choix est clair pour une assemblée nationale qui se veut responsable.

Mupech – Pech André

Lire aussi

Les plus populaires