Accusé de soutenir le M-23/RDF, l’Ouganda nie et parle d’un « schéma de désinformation »

 

Le Gouvernement ougandais rejette en bloc, ce vendredi 16 février, les accusations selon lesquelles cinq mille cinq cents (5 500) soldats ougandais auraient été déployés pour soutenir les rebelles du M-23/RDF en territoire de Rutshuru (Nord-Kivu), dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC).

À travers un communiqué, son ambassade en RDC qualifie de « fausses » ces accusations et parle d’un « schéma de désinformation ».

« (…) Ceci fait suite à des accusations similaires manifestement fausses, disséminées en fin septembre 2023, selon lesquelles l’Ouganda aurait illégalement déplacé les bornes frontalières près de Busanza. Ces attaques médiatiques récurrentes et non vérifiées suscitent de sérieuses inquiétudes quant à un schéma délibéré de désinformation systématique ou de “guerre informationnelle” visant l’Ouganda », lit-on dans ce communiqué.


Et d’ajouter : « Premièrement, l’existence de ce soi-disant “Conseil de la Jeunesse du Territoire de Rutshuru”, à l’origine de ces dernières affirmations, reste non vérifiée. Deuxièmement, la tactique consistant à utiliser de vieilles photos de l’UPDF (Force de Défense du Peuple de l’Ouganda) prises lors de son déploiement au sein de la Force Régionale de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EACRF) et les présenter comme si l’UPDF venait de rentrer en RDC est hautement regrettable et trahit un manque de professionnalisme ».

Lire aussi  Nord-Kivu : 4 autres civils tués par des terroristes DAECH-RDC à Beni

Par ailleurs, souligne la même source, l’armée ougandaise respecte les frontières et l’intégrité territoriales de la RDC, et ne mène des opérations transfrontalières que par les voies officielles, avec la pleine connaissance et le consentement du Gouvernement de la RDC.

À cet effet, l’État ougandais qui exhorte le public à traiter ces allégations avec la plus grande prudence et à ne s’en tenir qu’à des sources officielles pour obtenir des informations crédibles, appelle « ceux qui propagent ces mensonges à cesser leurs tentatives de manipulation de l’opinion publique congolaise ».

Cink Inkonge

 

Lire aussi

Les plus populaires