Nord-Kivu : La peine de mort requise contre une dizaine des militaires FARDC pour « fuite et lâcheté devant l’ennemi »

 

La peine de mort tend à trouver les premiers candidats dans la province du Nord-Kivu, située dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Accusés d’avoir fui et été lâches devant l’ennemi, cette plus haute sanction pénale a été requise à une dizaine des militaires FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo), à Goma, chef-lieu de la province.

Parmi ces militaires mis en cause, l’on note cinq (5) officiers. Ces derniers ont jadis été basés à Lushangi-Café, une position de l’armée congolaise située aux alentours de Sake, une entité sous pression des rebelles du M23-RDF depuis un bon moment.

L’information est livrée par maître Alexis Olenga, avocat du lieutenant-colonel Gabriel Paluku Dunia, l’un des officiers poursuivis dans cette affaire. Il affirme cependant que ses clients n’ont jamais fui devant l’ennemi ni abandonné leur position.


La prochaine audience est fixée pour le 5 avril prochain. Elle sera consacrée aux plaidoiries de la défense, indique maître Olenga Alexis.

Lire aussi  RDC : la société civile demande à  l'État d'ouvrir les enquêtes sur les activités de Dan Gertler et son projet Yabiso qui "n'apporte rien d'innovation aux congolais"

C’est depuis mi-mars que le gouvernement congolais a levé le moratoire sur la peine de mort. Ces militaires risquent d’être les premières cibles de cette mesure.

JC Mbafumoja

 

Lire aussi

Les plus populaires