OGEFREM : Intouchable, le DG Patient Sayiba nargue la justice

Difficile de croire qu’en cette période de l’État de droit décrété par Félix Tshisekedi un mandataire public puisse narguer la justice à tel point qu’il refuse de répondre aux nombreuses convocations lui envoyées. Curieux, Patient Sayiba, puisque c’est de lui qu’il s’agit, demande au Parquet général d’attendre la fin du confinement avant qu’il ne réponde aux convocations lui adressées par la justice, a-t-on appris.

Le DG de l’Office de Gestion du fret Multimodal (Ogefrem) se croit intouchable alors qu’il est accusé de détournements des deniers publics. Une affaire judiciaire qui défraie la chronique et étale au grand public la faiblesse de la justice congolaise.

Patient Sayiba fait l’objet de plusieurs convocations émises par le Parquet général de la Gombe, mais à chaque fois il fait fi de la demande de la justice. « Certains médias annoncent son arrestation, d’autres parlent de sa fuite à l’ambassade de la Tanzanie, ces avocats affirment au cours d’un point de presse que ce dernier est chez lui et parle d’un vice de procédure de la part de la justice… », on y va dans tout le sens pendant que l’intéressé est resté de marbre.


Le 11 mai, le procureur général près la Cour de Cassation et officier du ministère public, Victor Mumba, a interdit au Directeur général de l’Ogefrem de quitter le territoire congolais. Dans sa réquisition adressée au DG de la Direction générale de Migration (DGM), il lui demande de notifier ses services aux frontières de cette interdiction de sortie du territoire visant Patient Sayiba.

Lire aussi  Dossier détournement à l'OGEFREM : La justice face à Sayiba, oubli ou aveu d'impuissance ?

Appuyé par un syndicat qui serait dirigé par un frère biologique de Néhémie Mwilanya, ancien Directeur de cabinet de Joseph Kabila, Patient Sayiba Tambwe refuse obstentoirement de se présenter dévant la justice alors que des mandats d’amener ont déjà été émis en son encontre. Le DG de l’Ogefrem pointe toujours aux abonnés absents au parquet général près la Cour de Cassation et dit « observer les mesures de confinement dans son domicile ».

D’autres cadres de l’OGEFREM, à savoir les directeurs provinciaux de la région Kasaï-Katanga, le nommé Umba, et le sous-directeur du poste frontalier de Kasumbalesa, Musheba, auditionnés également par le parquet, auraient livré des informations capitales à la justice en rapport avec les détournements commis par Patient Sayiba.

Face à ce énième refus de répondre à l’invitation lui adressée par le magistrat, des langues commencent à se délier. Le député national Claudel Lubaya parle d’une situation qui aggrave la suspicion sur le détournement de deniers publics. Il s’agit notamment du projet non réalisé du port sec de Kasumbalesa évalué à 300 millions USD dont 147 millions sur financement de l’Ogefrem.

Lire aussi  La candidature de Moïse Katumbi à la présidentielle officiellement déposée

Patient Sayiba est notamment poursuivi à propos de 14 millions USD à la Fiche électronique de renseignement à l’importation (FERI). Ces fonds seraient logés dans des sociétés-écran domiciliées en dehors de la RDC, affirment-on dans les milieux judiciaires.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires