Dossier 100 jours : John Ntumba peut maintenant répondre à l’invitation du Procureur général près la cour de cassation (Article 166 de la constitution)

Depuis un temps, John Ntumba, ministre de la formation professionnelle est celui sur qui pèse les soupçons de détournements. Pendant la période où il était Coordonnateur des travaux de 100 jours dans le Kasaï-Central, ce cadre de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe est accusé d’avoir détourné plus d’un million USD, fonds destinés au dédouanement des matériels. Il est également éclaboussé dans une autre affaire de détournement de 32 Millions USD destinés à l’exécution du programme d’urgence du Chef de l’État Félix Tshisekedi dans cette province, selon le gouverneur Martin Kabuya et d’autres notables du Kasaï-Central.

En date du 05 Mai 2020, le Parquet général près la cour de cassation a ouvert un dossier judiciaire contre ce membre du gouvernement. Dans sa correspondance, le procureur général, Victor Mumba Mukomo avait précisé que l’audition du précité ne débutera qu’après l’autorisation de l’Assemblée Nationale, qu’il avait saisie, conformément à l’article 166 de la constitution.

Lire aussi  Demande du PG de poursuivre Kabund : "Il doit répondre pour aider la justice à retracer le cheminement de l'argent du trésor public" ( Kabuya)

« La décision de poursuites ainsi que la mise en accusation des membres du Gouvernement sont votées à la majorité absolue des membres composant l’Assemblée nationale suivant la procédure prévue par le règlement intérieur », précise cette disposition constitutionnelle.


À son tour, l’Assemblée nationale avait jugé recevable et envoyé à la commission Politique Administrative et Juridique (PAJ), le réquisitoire du Procureur Général près la cour de cassation aux fins d’obtenir l’autorisation d’instruction judiciaire contre l’actuel ministre de la formation professionnelle, John Ntumba Panumpakole.

Mercredi 20 Mai 2020, l’Assemblée nationale a finalement autorisé ces poursuites judiciaires, à l’issue du rapport de la commission PAJ, présenté après 2 jours d’études approfondies de ce réquisitoire.

La procédure constitutionnelle en la matière étant respectée, John Ntumba qui est mis en accusation pourra présenter sa démission pour permettre à la justice de faire rapidement son travail (article 166 de la constitution).

Josué Mfutila

Lire aussi  Messe du Pape François à Kinshasa : Katumbi et Fayulu déjà présents à Ndolo

Lire aussi

Les plus populaires