Consultations : Conseil des Ministres suspendu, le remaniement clignote et la bombe désamorcée peut exploser à tout moment

 

« (…) Je reviendrai vers vous pour vous faire part de mes décisions qui n’exclueront aucun cas de figure », cette phrase menaçante prononcée par Félix Tshisekedi lors de son adresse à la Nation ne rassure pas que la bombe qui allait exploser vendredi dernier a été totalement desarmorcée. La paix est précaire entre les coalisés et la crise n’a toujours pas trouvée d’issue. Preuve, depuis l’adresse incisif de Félix Tshisekedi, le Front Commun pour le Congo n’a pas toujours pris de position officielle.

Ilunkamba restera t-il Premier Ministre ou avons-nous évité la dissolution de l’Assemblée Nationale? À ce stade, aucune hypothèse n’est à exclure. Le Chef de l’État qui était « très énervé » lors de son discours a promis de revenir avec des grandes décisions. En réalité, ces décisions sortiront des consultations des forces politiques et sociales les plus représentatives qu’il a initiées.

Visiblement, dans ces consultations convoquées par le Président de la République, Félix Tshisekedi entend lui-même jouer le rôle d’un informateur qui va identifier une nouvelle majorité autre que le FCC-CACH, qui lui permettra d’avoir une main mise complète de la direction du pays. Car, selon lui, « les deux années de coalition passées avec les Kabilistes ont été caractérisées par des crises confondes sur des questions qui vont considérables dans le sens d’impacter le destin des congolais ».

Lire aussi  Lumumba, l'ombre de sa vision pour le Congo continue-t-elle de planer sur les dirigeants congolais?

« Malheureusement, près de deux ans après, les divergences qui persistent entre les parties signataires de l’accord, plombent les espoirs pour le développement… », a t-il regretté.

Il a cité notamment l’indépendance de la justice, l’instauration de l’État de droit, le partage des portefeuilles ministériels, la CENI, l’organisation des élections dans le délai constitutionnel… auxquels il n’entend pas instansiger au nom d’un accord secret qui lui empêcherait d’atteindre les objectifs pour lesquels « le peuple l’a élu ».

Attaché à son serment pour le changement, Félix Tshisekedi se montre prêt à tout affrontement politique, « face à ceux qui bénéficient d’un traitement de faveur ».

Par ailleurs, le FCC qui est pointé du doigt de bloquer l’action gouvernementale de Félix Tshisekedi se dit aussi prêt à la cohabitation, surtout quand il sait qu’il gardera sa majorité absolue avant comme après les consultations de Fatshi.

À travers ces consultations ou dialogue, selon qu’on veut l’appeler, le tsunami tant attendu et souhaité par certains caciques du parti présidentiel finira par avoir lieu. Tout comme l’Assemblée nationale, elle peut être dissoute étant donné que cette confrontation risquerait de s’intensifier en mode cohabitation.

Lire aussi  CEEC : "Impliqué dans la falsification des données dans le Journal officiel", Pascal Nyembo interdit de quitter le territoire national (Proches)

La bombe semble t-il désamorcée pourra exploser. Félix Tshisekedi qui a joué à l’équilibrisme n’a pas résolu la crise, si pas la renvoyer sine dié.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires