Nord-Kivu : La cohabitation entre communautés doit être prêchée par les politiques de toutes tendances (Jean-Paul Paluku Ngahanghondi)

 

Le député provincial Jean-Paul Paluku Ngahangondi, élu de Beni territoire n’est pas resté silencieux en rapport avec ce qui s’est passé dans le territoire de Rutshuru où deux communautés, les Nande et les Hutu s’entretuent pour des raisons inavouées.

L’élu de Beni territoire, estime pour sa part que la cohabitation est possible entre ces deux communautés. Et cela grâce aux efforts de politiques de toutes tendances qui doivent être orientés dans une seule voie.

 »Chez les hutu comme chez les Nande, il y a des leaders politiques, que ces derniers prêchent la cohabitation. Il n’est pas normale que l’on s’entretue seulement parce que l’on n’est pas dans une même communauté. Cela doit prendre fin le plus vite possible », a dit le député Jean-Paul Ngahangondi


En outre, l’élu du territoire de Beni est revenu sur la proposition qui a été émise par l’ex gouverneur du Nord-Kivu Serufuli Ngayabaseka qui a estimé que la scission de la province apporterait une compréhension entre ces deux communautés. Jean-Paul Paluku Ngahangondi n’a pas été d’accord avec la proposition. Selon lui, les services de sécurité devaient interpeler tous ceux là qui versent le sang dans cette partie de la province, ainsi que leurs collaborateurs qui d’ores-et-déjà montrent leur identité à partir des déclarations qui sortent de leur bouche.

Lire aussi  RDC : le parcours atypique de Christian Mwando devenu Ministre du Plan

 »Scinder le Nord-Kivu n’est pas la solution, il faut plutôt prêcher l’acceptation de l’autre, l’amour du prochain. Et puis c’est à quel moment que cette proposition a été donnée ? C’est au moment où des morts étaient enregistrés à Kiwanja suite à ce conflit entre deux communautés », a-t-il fait savoir.

Enfin, Jean-Paul Paluku Ngahangondi a demandé aux gouvernements central et provincial de diligenter une enquête sérieuse dans ce territoire afin de démanteler ce réseau des hors la loi, et même leurs collaborateurs qui seraient dans la classe politique.

Et aux acteurs de la société civile, responsables des confessions religieuses de continuer à sensibiliser les jeunes de toutes les communautés qui seraient les plus utilisés dans ce conflit.

La Rédaction

Lire aussi

Les plus populaires