Tanganyika : Des députés menacent les acteurs politiques ayant refusé d’adhérer à l’Union sacrée (Célestin Musao)

 

Des députés nationaux menacent les acteurs politiques de la province du Tanganyika ayant refusé d’adhérer à la vision de l’Union sacrée initiée par Félix Tshisekedi, dénonce Pr Musao Kalombo Mbuyu Célestin dans une tribune parvenue a ACTU7.CD. Ce coordonnateur de l’Observatoire de la Gouvernance-RDC appelle, par conséquent, les « compatriotes épris de conscience nationale, notre nation va mal, très mal. Puissions-nous agir, ici et maintenant, conformément aux lois du pays en vigueur, pour sauver la mère patrie ».

Dans les colonnes de sa tribune, Célestin Musao indique que les menaces de la délégation des élus nationaux en séjour à Kalemie dans une mission de l’Union sacrée « propage la crise à Kalemie, chef-lieu de la province du Tanganyika ». « Quand la démocratie congolaise perd son vrai sens ! », s’exclame-t-il.
Se basant sur une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, Célestin Musao affirme que, « par la bouche de son chef de file, élu de son état comme moi-même, menace ouvertement sur terrain, les acteurs ayant récusé d’adhérer à la vision de l’Union sacrée » confirmant qu’ils seront broyés par le chef de l’État, « selon ses propres termes tels que décryptés ».

Lire aussi  UDPS Tshisekedi : la débâcle ?

Le député Musao considère qu’il s’agit, en effet, « des propos qui touchent la sensibilité nationale et font réfléchir mille fois ». « En vertu de quelle loi en vigueur, des détenteurs d’un pouvoir issu du souverain primaire peuvent être broyés par l’Institution censée assurer la protection des droits civils ? », s’interroge le député Musao.


Célestin Musao pense qu’il n’est pas normal que dans la province du Tanganyika « où l’élan de développement semble aller bon train, avec l’exécutif Zoé », l’on y décide une crise politique meurtrière ». Il pointe d’un doigt accusateur la délégation de l’Union sacrée « consciente des tenants et aboutissants de sa mission d’information politique ». « Cette démarche, qui n’a rien de démocratique, creuse, tout compte fait, un fossé béant entre les aspirations du peuple congolais et les appétits politiciens d’un régime qui a horreur de se conformer aux prescrits légaux et réglementaires ».

« Cette nouvelle approche, qui plante le décor d’une tabula rasa antidémocratique, tue à petit feu, le fondement légal de notre Etat », fait savoir Musao. Il appelle, par ailleurs, ses collègues députés à faire échec à « ces signaux de la confiscation du pouvoir du peuple ». « Car, ajoute-t-il, doit-on rappeler que la force est au peuple, et non à une frange de gouvernants. L’intention de ne pas rassembler inquiète ».

Lire aussi  Présidentielle 2023 : l'opposition et ses candidats présidents 1xbet !

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires