Les élus de l’Ituri et Nord-Kivu sur l’état de siège : « L’espoir qui était perceptible commence à s’envoler »

 

Lors de la plénière de ce jeudi 3 juin 2021, à l’issue de laquelle l’Assemblée nationale a autorisé la prorogation de l’état de siège décrété le 3 mai dernier dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu pour « éradiquer complètement les groupes armés » qui écument ces parties du pays depuis plus de 20 ans, les députés nationaux sont revenus sur l’évaluation de la première phrase de cette mesure.

Le délai de 30 jours expire ce 5 juin et dans ce contexte, l’ordonnance proclamant l’état de siège cesse de plein droit de produire ses effets après l’expiration du délai prévu à l’alinéa 3 de l’article 85 de la Constitution, à moins que l’Assemblée nationale ou le Sénat, saisis par le Président de la République, sur décision du Conseil des ministres, n’en ait autorisé la prorogation pour des périodes successives de 15 jours, a rappelé par ailleurs la ministre Rose Mutombo de la Justice.

Lire aussi  Sauf changement de dernière minute, Félix Tshisekedi s'adresse à la nation ce soir

À l’issue de ce vote, les députés de l’Ituri ont demandé l’évaluation de l’état de siège, 30 jours après, car « sur le terrain, la situation empire au jour le jour ».


« L’espoir qui était perceptible commence à s’envoler. Les résultats annoncés par la Ministre ne sont pas suffisants. Ce qu’on n’a pas réalisé en 30 jours, peut-on le réaliser en 15 jours », se sont par ailleurs interrogés ces élus nationaux, avant de faire observer que les rebelles sont dissimulés parmi la population.

« Ils mangent avec elle avant de commettre des exactions dans la nuit », ont-ils fait remarqué.

Les élus nationaux du Nord-Kivu ont, pour leur part, proposé la nomination des personnalités militaires jusqu’aux entités territoriales décentralisées.

« Il faut militariser le secteur pour que la population sente qu’il y a réellement état de siège », a suggéré de son côté le député Lusenge.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires