RDC : 33 ONG des droits de l’homme et mouvements citoyens dénoncent une justice « injuste » contre Matata Ponyo

 

« Notre justice est-elle indépendante ? », voilà la question phare que se pose un groupe de trente-trois (33) ONG des droits de l’homme et mouvements citoyens dès l’entame d’une déclaration rendue publique le samedi 3 juillet 2021 dans laquelle il dénonce une « justice à double vitesse » orchestrée contre le sénateur Matata Ponyo.

Ce collectif se base notamment sur le fait qu’en moins de deux (2) mois, au moins quatre (4) réquisitoires ont été envoyés au Sénat par le Procureur général près la Cour Constitutionnelle pour solliciter la levée des immunités de cet ancien premier ministre. Pour eux, ce qui arrive au sénateur Matata Ponyo « est tout sauf la justice ».

« Nous faisons remarquer que dans toutes les démocraties du monde qui se respectent, il est tout à fait normal que la Justice traque les criminels économiques. Malheureusement ce qui se passe autour des dossiers montés les uns après les autres contre le Sénateur Matata Ponyo Mapon, in tempore suspecto, c’est tout sauf la Justice », déclarent-ils.


Pour justifier leur argumentaire, ces ONG des droits de l’homme et mouvements citoyens se basent sur des révélations « accablantes » de l’Inspection Générale des Finances (IGF) sur la gestion de la pandémie de la Covid-19 sous l’ère du Ministre Eteni Longondo de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) qui n’a cependant jamais été invité ou interprété par la justice.

Lire aussi  Affaire Bukanga-Lonzo : Matata Ponyo de retour à Kinshasa pour répondre à la justice

 » Pour un autre petit rappel, un des conseillers les plus proches du Président de la République en la personne de Monsieur Dieudonné Lobo, Coordonnateur administratif des services personnels du Chef de l’État, a été placé sous mandat d’arrêt provisoire à la prison centrale de Makala. Et selon le Parquet Général près la Cour d’appel de la Gombe, lui et deux autres personnes arrêtées ont été reconnus coupables des infractions de faux et usage de faux et association des malfaiteurs. Après avoir passé 48 heures de garde à vue au casier judiciaire, ils ont été transférés en prison, pour enfin se faire libérer en catimini sans aucun respect des procédures judiciaires, alors que l’enquête du parquet avait révélé que le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba avait dénoncé, dans une lettre du 26 octobre adressée au Directeur de cabinet du Chef de l’État, un scandale à la Minière de Bakwanga (MIBA), dans lequel sont impliqués Dieudonné Lobo, Louis Baguma et Yanke Mukadi wa Mukadi », ont dénoncé le groupe de 33 ONG dans ce document consulté par ACTU7.CD.

Pour eux, ce n’est pas juste que la justice se passe de plusieurs autres dossiers pendants, mais remonte à une affaire qui date de dix (10) ans, une dette publique dont le dossier a été transféré par la Direction Générale des Dettes Publiques qui a listé « puis le Sénateur Matata n’a fait que suivre la procédure au ministère des finances pour décaissement des fonds ».

Lire aussi  Acompte perçu par des agents de l'APLC pour libérer le DG d'ACCESS BANK : L'ACAJ "invite la justice à se saisir du dossier pour enquêter, identifier et sanctionner les auteurs"

 » Sans entendre le Directeur Général de la Direction Générale des Dettes Publiques ni l’ancien Ministre des Finances Kitebi, c’est le sénateur Matata Ponyo qui est poursuivi pour avoir payé des personnes selon la liste lui transmise par la Direction Générale des Dettes Publiques, organe compétent au regard de la loi », déplorent-ils.

Ils ont, de ce fait, alerté « toute la communauté tant nationale qu’internationale sur les conséquences d’une Justice aux ordres, se constituant en caisse des représailles contre de potentiels adversaires politiques, en perspectives des élections générales prévues en 2023 au terme de notre constitution. Et dans le même ordre d’idées, nous dénonçons avec toute la dernière énergie de multiples tentatives de manipulation de la Justice pour des fins politiciennes ».

Le Procureur général près la Cour Constitutionnelle a envoyé un nouveau réquisitoire à la chambre haute du parlement pour solliciter la levée des immunités du sénateur Matata Ponyo pour des poursuites judiciaires sur le dossier lié au détournement de 150 millions USD destinés aux victimes physiques et morales de la zaïrianisation.

Patrick Nguwo

Lire aussi

Les plus populaires