Gabriel Kyungu wa Kumwanza : les katangais pleurent l’un de 13 parlementaires

 

Cela fait exactement une semaine, jour pour jour, (soit du 14 au 21 Août 2021), et encore un samedi, que nos larmes ont coulé suite à la disparition du fils aîné biologique du Patriarche Gabriel Kyungu wa Kumwanza, nous avons cité Marcel Kyungu N’sala.

Et ce 21 Août 2021, les téléscripteurs du monde grésillent, les réseaux sociaux sont inondés des messages envoyés aux quatre coins du monde, messages lourds et graves, annonçant que le Président de l’Assemblée provinciale du Haut-Katanga, Baaba Antoine-Gabriel Kyungu wa Kumwanza n’est plus ; il s’est éteint de sa belle mort, il a passé l’arme à gauche !

C’est un Jacques Kyabula Katwe sans voix et catastrophé qui est apparu ce jour sombre de l’annonce du décès de son parrain et père politique, ce personnage mythique exceptionnel qui avait porté du haut de la tribune les revendications légitimes d’un peuple en souffrance.


Kyungu wa Kumwanza aura vécu et marqué son époque par cette volonté manifeste de mieux faire pour rendre au congolais sa liberté d’expression et d’opinion. Un combat qu’il a pérennisé jusqu’à donner en pâture son corps, alors que déjà du temps de la zaïrianisation, il est parmi ceux qui ont défié le Grand et tout puissant Mobutu Sese Seko Kuku Gbendu Waza Banda. Il est l’un de treize parlementaires.

Lire aussi  Succession Mabunda : Kabund joue la carte Lihau, Kolongele soutient Mboso et "Ensemble" de Katumbi réclame l'Assemblée nationale

Pour Jacques Kyabula Katwe, le Haut-Katanga porte aujourd’hui un grand deuil, le plus grand de son histoire car, sur le pas de Moïse Tchombe, Baaba wa Katanga restera une référence et un exemple de militant qui était prêt pour donner de sa vie pour ses amis, frères et soeurs.

Plus d’une fois Wandani le consultait en tant que Bibliothèque vivante afin de partager les points de vue en toute intelligence ; cette Bibliothèque est brûlée et tout est parti en fumée…

Le Katanga en général, et le Haut-Katanga en particulier portera ce deuil qui vient de charger lourdement leur conscience, et il faudra du temps, et beaucoup de temps pour oublier cet homme hors du commun, avec qui bon nombre ont partagé les idées et expériences, tant sur le plan politique, moral que social, car KYUNGU wa Kumwanza avait cette liberté de dire en toute indépendance le fond de sa pensée sans se gêner. C’est avec ce charisme qu’il conduisait déjà l’UNION SACRÉE DE LA NATION chère au chef de l’état FÉLIX-ANTOINE TSHISEKEDI dans la Province du Haut-Katanga, faisant comprendre aux uns et aux autres que le temps de la disparité des idées pour construire est révolu. Il est de bonne politique de se serrer les coudes derrière cet état d’esprit pour élever l’Homme Congolais et par ricochet, l’Homme Katangais.

Lire aussi  RDC : "Les ordonnances du 17 juillet 2020 prises par Félix Tshisekedi ont violé la Constitution" (Prof Nyabirungu)

Adieu Baaba,
Adieu Baobab,
Le Katanga te pleure à chaudes larmes.

CP/Denise Dusauchoy

Lire aussi

Les plus populaires