Sessanga « a perdu son sommeil pour n’avoir pas été retenu ministre dans le gouvernement Sama »

L’humanité s’est inclinée en suivant la plénière de ce vendredi 03 décembre à l’Assemblée nationale lorsque Delly Sessanga en quête visiblement d’une santé politique après avoir quitté l’Union Sacrée de la Nation, (USN) a eu l’audace de traiter Christophe Mboso de « voyou » et le gouvernement de délinquance politique pour non respect des affectations budgétaires.

Une plénière agitée certes, mais parlons de cette forme de prise de bec pour dire que le spectacle du jour n’en valait pas un si Sessanga savait se contenir alors qu’il lui a été demandé juste de retirer ses mots pour raison de moralité.

En effet, font remarquer certains analystes et observateurs des faits et gestes de l’élu de Luiza, l’homme s’illustre en agitateur question de se faire une santé politique après sa énième infidélité politique vis-à-vis de l’Union Sacrée de la Nation, (USN). C’est le caractère commun des politiques congolais habitués de désamour. Le choc entre lui et le speaker de la chambre basse du parlement l’a cette fois ci rendu tristement célèbre.

Lire aussi  Construction Grand marché (Zando) : La mer à boire !

Delly Sessanga doit plutôt dire la vérité sur son départ de l’Union Sacrée de la Nation. Une source contactée à ce sujet, révèle que le député a perdu son sommeil pour n’avoir pas été retenu ministre dans le gouvernement Sama Lukonde. Il s’en prend désormais à tout ce qui bouge et redevient du coup, opposant radical au régime sans dévoiler sa vraie face.

Delly Sessanga a perdu la boussole en traitant Mboso de voyou par manque de sagesse africaine. Faut-il ici rappeler à l’opinion son parcours politique? Une préoccupation à ce sujet, où en est&il avec Moïse Katumbi, son maître à penser? Triste !

Le Congo est véritablement malade de sa classe politique donneur généralement des leçons sur la démocratie, une pilule difficile à digérer par eux- mêmes.

En outre, l’Assemblée nationale où tout le monde a trouvé refuge a assez offert à ce peuple naïf et aux électeurs désabusés. À Sessanga d’interroger sa conscience et de se placer au sommet de la montagne.

Lire aussi  RDC : Les services RAM se poursuivent en dépit de la suspension de la facturation des utilisateurs

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires