Christelle Muabilu : Merci Papa! (Tribune)

Les images ont été vécues en live. La famille dans toutes ses composantes en liesse pour la nomination de l’une d’elle en qualité de Directrice Générale adjointe, DGA de l’Office Congolais de Contrôle, OCC, samedi 03 septembre. Les plateformes inondées des festins.

« Christelle Muabilu a fait l’honneur de la famille », est le premier entendement de cette réaction qui rappelle une certaine époque.
Après papa, journaliste de longues dates, acteur politique, puis ministre proche du président de la République Tshisekedi, toutes gloires reviennent à Christelle Muabilu ex gérante du groupe de presse « L’Avenir » pour son couronnement.

Papa Pius Muabilu a vraiment pesé de son poids jusqu’à hisser sa fille et son neveu dans le cadre de son parti politique le Congrès National Congolais, formation politique membre de l’Union sacrée de la Nation.
D’aucuns se poseraient la question de savoir, si au sein du CNC, il n’y a pas d’autres compétences ? La réponse qui saute vite à l’esprit est Non. Pas de commentaires possibles, la famille d’abord à la congolaise et la suite plus tard.


Lors de la cérémonie de remise et reprise, la nouvelle DGA de l’OCC a reconnu la force de frappe de Papa sous des mots, telle la vague des croyants RD congolais. Elle a renvoyé l’ascenseur à son Dieu qui n’a choisi qu’elle au milieu des tas de noms « Merci Papa pour la carte Joker jouée ». L’heure est venue de créer des emplois pour la confrérie. Frères et sœurs, fini le chômage et les bas travaux. Madame la DGA fera certainement comme papa. Chasser ce fléau qui ronge la société congolaise.

Le Congo des héritiers du trône. À quand le tour du petit peuple ? La roue doit tourner pour tout le monde dans un pays où seul, le haut niveau a droit. Ceci aiderait à chasser les concepts : classes sociales et catégories sociales de Louis XVI, des princes et des âmes prétendument bien nées. De ce point de vue, pensons qu’à titre de redevabilité, Christelle Muabilu devra pouvoir prouver ses compétences, pour relever les défis sinon, le choix de papa, ne serait que favoritisme dans le but de créer un empire des ayants droit tel Mobutu et sa doctrine des princes, « se servir d’abord ».

Kambale Musharamina, analyste politique

Lire aussi

Les plus populaires