Sénat : Bahati Lukwebo « déplore la hausse des prix sur le marché » et « invite le Gouvernement à orienter sa politique dans le social de la population qu’elle est censée servir »

Dans son discours lors de la cérémonie d’ouverture de la session parlementaire de septembre ce jeudi 15 septembre, session réputée budgétaire, le président du sénat a interpellé le Gouvernement sur la baisse du pouvoir d’achat de la population, à la suite de la hausse des prix des biens de première nécessité sur le marché.

« Sur le plan social, cette session s’ouvre sur fonds des remous sociaux et des revendications dans les secteurs de la santé publique, de l’enseignement primaire, secondaire et technique, de l’enseignement supérieur et universitaire sans oublier la baisse du pouvoir d’achat de la population, à la suite de la hausse des prix des biens de première nécessité sur le marché », a-t-il déploré dans son discours.

Il appelle de ce fait, le gouvernement à orienter sa politique dans le social de la population « qu’elle est censée servir ».


« Dès lors, le Gouvernement doit faire beaucoup d’efforts pour améliorer le vécu quotidien des populations actives plus particulièrement les agents de l’État. Ainsi, comme vous pouvez le constater, ces efforts ne sont pas suffisants au regard des mouvements sociaux que nous constatons par ci, par là », ajoute le président de chambre haute du parlement.

S’agissant du panier de la ménagère, « il s’observe à ces jours, à travers les marchés, la flambée des prix aussi bien des produits manufacturés que des denrées de grande consommation, avec comme conséquence d’énormes difficultés qu’éprouvent les ménages ».

Pour ce qui concerne l’enseignement primaire secondaire et technique, Bahati Lukwebo note que les revendications portent notamment sur l’identification des Nouvelles unités et des nouvelles écoles.

« À ce sujet, je salue les travaux tenus en juillet dernier à Mbwela Lodge, entre le Gouvernement et le banc syndical sur l’évaluation de l’addendum au protocole de Bibwa. Cette évaluation a suscité beaucoup d’efforts », renchérit le speaker du sénat.

Selon lui, même le secteur de l’enseignement supérieur et universitaire est paralysé par la persistance des grèves des professeurs.

« Là aussi j’invite le Gouvernement à honorer ses engagements vis-à-vis du personnel enseignant et administratif de l’ensemencement supérieur et de la recherche scientifique tant en ce qui concerne la rémunération que les autres avantages », recommande le premier des sénateurs.

Pour renverser la tendance, Bahati Lukwebo appelle le Gouvernement à prendre toutes les dispositions pour réduire la souffrance de la population.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires