Guerre RDC – M23/RDF : La CENCO appelle à « une marche pacifique le 04 décembre pour dire NON à la balkanisation du Congo »

 

Dans le chapitre de solutions pour parvenir à une paix durable dans la partie orientale de la République Démocratique du Congo (RDC) où l’activisme des rebelles M23, ADF, etc cause mort d’hommes, les évêques catholiques ont initié une marche pacifique le dimanche 04 décembre.

Ce jeudi 10 novembre 2022, la Conférence Épiscopale Nationale du Congo a, à l’issue d’une conférence de presse convié tout le monde à prendre part à cette marche « pour dire NON au projet de Balkanisation de la RDC ».

« L’heure est grave. Notre pays est en danger ! Ne laissons pas balkaniser la RD Congo. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, ainsi que dans la diaspora, mettons-nous tous debout pour sauvegarder l’intégrité territoriale de notre Pays. À cet effet, nous invitons les chrétiens et les personnes de bonne volonté à jeûner, à prier et à poser les gestes de solidarité envers les déplacés. Aussi, nous convions tout le monde à marcher pacifiquement le dimanche 04 décembre 2022 », dit la CENCO dans sa déclaration sur la situation sécuritaire en RDC.


Les évêques catholiques expliquent qu’avec l’instabilité sécuritaire qui sévit dans plusieurs coins du pays, « nous pouvons nous réveiller un matin et voir ce pays balkanisé ».

Lire aussi  Nord-Kivu : Des déplacés de guerre vivent dans des conditions difficiles à Beni

« Assurément notre Pays est en danger. Aide-toi et le ciel t’aidera, dit-on. Ne croisons pas les bras. En tant que Peuple, uni et debout, nous constituons une force. Restons vigilants et mobilisons-nous ! Avec les moyens pacifiques, nous sommes capables de faire échec à ceux qui convoitent notre beau et riche Pays », ajoutent les princes de l’Eglise.

Cet appel rencontre celui lancé par le Chef de l’État Félix Tshisekedi qui a lui aussi appelé à une mobilisation générale de la population et à rester vigilant pour faire échec aux forces du mal.

Dans les coins victimes directes de cette agression dont le Nord-Kivu et en Ituri, les forces vives tiennent des marches de protestation jour et nuit, pour dénoncer l’agression rwandaise et le silence complice de la communauté internationale.

Josué Mfutila

 

Lire aussi

Les plus populaires