Manifestation anti EAC et mission onusienne : 8 congolais tués, 28 blessés et 3 véhicules de la MONUSCO incendiés (Officiel)

Un incident sécuritaire s’est produit à Kanyaruchinya, en territoire de Nyiragongo, en province du Nord-Kivu, entre la population déplacée de guerre et un convoi de la Mission de l’organisation des Nations Unies pour la Stabilisation au Congo (MONUSCO), dans la soirée de mardi 7 février 2023.

Dans un communiqué officiel publié ce mercredi 8 février 2023, le gouvernement provincial qui confirme ce drame avance un bilan de 8 morts parmi les déplacés ainsi que 28 blessés. Du côté de la MONUSCO, il n’a été enregistré aucun mort mais plutôt trois véhicules incendiés.

En réaction, le Gouverneur Militaire de Province présente ses condoléances les plus attristées aux familles éprouvées et souhaite prompt guérison aux blessés.


« Toutefois, au regard des faits qui précèdent, l’Autorité Provinciale a instruit les Services Spécialisés de mener urgemment des enquêtes pour tirer toute la lumière sur cet incident déplorable et dégager les responsabilités de tout un chacun afin que les responsables répondent de leurs actes », lit-on dans ce communiqué signé par le lieutenant-colonel Ndjike Kaiko Guillaume, porte-parole de l’exécutif provincial.

Lire aussi  RDC : HRW invite le gouvernement à décaisser rapidement les fonds alloués aux prisons pour améliorer les conditions carcérales

Pour rappel, vers 18H00 heure locale de mardi, un convoi de la MONUSCO en provenance de Rutshuru a été arrêté par les déplacés campés au site de Kanyaruchinya en Groupement Buvira, pour connayitre le contenu des véhicules dudit convoi.

Devant le refus de la MONUSCO, la population a barricadé la route empêchant ainsi cette dernière d’avancer vers la ville de Goma. Les militaires de la MONUSCO chargés de la sécurité ont procédé aux tirs de sommation causant ainsi 8 morts et 28 blessés.

Depuis un certain temps, un climat de méfiance s’est instauré entre la population de l’Est de la République Démocratique du Congo et la MONUSCO. Cette force onusienne est accusée de complicité dans l’insécurité qui décime cette partie du pays.

David Lupemba, à Goma

Lire aussi

Les plus populaires