Manifestations anti MONUSCO et EAC : 3 manifestants tués à Munigi près de Goma

Trois (3) manifestants ont été tués le mardi 07 février près de la ville de Goma, lors de protestations contre la présence de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation au Congo (MONUSCO) et celle de la force régionale de l’EAC (États d’Afrique de l’Est) dans cette partie du territoire national congolais.

Selon un communiqué de la MONUSCO publié sur Twitter, ces manifestants ont trouvé la mort lors de la violente attaque de son convoi le mardi en début de soirée vers Munigi. Cependant, précise la MONUSCO, ces casques bleus revenaient d’une mission de ravitaillement à Kiwanja et se rendaient à Goma, accompagnés des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC)

« Après avoir contraint le convoi à s’immobiliser, des assaillants ont mis le feu à quatre camions, avant de subtiliser leur cargaison. Trois personnes ont malheureusement perdu la vie durant les échauffourées, tandis que les Casques bleus, qui étaient accompagnés de militaires congolais, tentaient de protéger le convoi », lit-on dans ce tweet.


À cet effet, la représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies en RDC et cheffe de la MONUSCO, Bintou Keita dit compatir avec les familles des personnes disparues et présente ses sincères condoléances.

Lire aussi  RDC : La MONUSCO "prête à travailler avec les FARDC pour le rétablissement de la paix dans l'Est" (Lieutenant-colonel Mutunga)

Elle réitère, par ailleurs, son appel à la population pour faciliter la libre circulation du personnel de la MONUSCO qui apporte un soutien opérationnel quotidien aux FARDC, assure la protection des civils et facilite le cheminement de l’aide humanitaire aux victimes et aux personnes déplacées par le conflit.

Il sied de signaler que plusieurs axes routiers ont été dégagés par les forces de défense et de sécurité, ainsi que par certains déplacés venus des camps situés aux alentours de Goma.

À Goma, la vie reprend petit à petit son cours normal après quatre (4) jours des manifestations organisées par les acteurs de la société civile, les mouvements citoyens et d’autres groupes de pression pour exiger soit le départ de la force régionale de l’EAC du sol congolais, soit l’entrée en offensive contre les M-23 mais aussi le départ de la MONUSCO, accusée d’inefficacité dans la lutte contre les groupes armés.

Lire aussi  État de siège : À Butembo, les groupes de pression et mouvements citoyens attendent du "concret" de l'administration militaire

Cink Inkonge

Lire aussi

Les plus populaires