Kasaï-Central : « Incapable » d’enterrer les morts de dernières pluies, le Gouvernement se tourne vers les ONG

 

Le Gouvernement provincial du Kasaï-Central n’a pas pu acheter des cercueils pour procéder à enterrement des corps sans vie des victimes des catastrophes naturelles enregistrées au chef-lieu de la province le 26 décembre 2023 dernier.

Plus d’une semaine après qu’au moins 23 personnes, officiellement identifiées, ont péri dans les écroulements des maisons provoqués par une pluie diluvienne qui s’est abattue au chef-lieu du Kasaï-Central, les corps ne sont toujours pas ensevelis.

Tirées sous les décombres des maisons qui se sont effondrées, ces dépouilles sont toujours gardées aux froids, entassées dans la morgue, en attendant qu’une solution ne soit trouvée.


Le Gouverneur John Kabeya Shikayi en déplacement en dehors de Kananga depuis le 28 décembre dernier, a officiellement saisi les agences du système des Nations Unies pour leurs contributions en vue « d’organiser l’enterrement et d’assister les familles sinistrées et fauchées ».

Lire aussi  RDC : Félix Tshisekedi juge "inadmissible le retard pris dans la délivrance des documents officiels"

Seulement, cet épisode provoque une avalanche de réactions de déception dans l’opinion publique à Kananga. Les réactions sont enregistrées sur les réseaux sociaux à travers plusieurs plateformes de discussion où la majorité d’intervenants appellent les autorités locales à « s’assumer et à éviter la honte », écrivent-ils.

Le 26 décembre 2023 dernier, une pluie dilluvienne a provoqué d’énormes dégâts humains et matériels dans plusieurs entités du Kasaï-Central, particulièrement à Kananga. Outre les 23 corps sans vie de personnes officiellement identifiés, ce sont des érosions qui se sont multipliées détruisant le réseau routier et entamant même le chemin de fer à plusieurs endroits.

Cette réalité peut confortable pousse plusieurs organisations de la société civile locale à déclarer le Kasaï-Central « province sinistrée » et à mener des actions d’envergure pour soulager la souffrance des victimes.

Laurent Beya wa Mukaya

Lire aussi

Les plus populaires