Kasaï-Central : Des dossiers liés aux contentieux électoraux « emportés par des inconnus » à la Cour d’Appel de Kananga

 

Quelques dossiers relatifs aux contentieux électoraux seraient emportés par des malfrats non autrement identifiés à la Cour d’Appel de Kananga, chef-lieu du Kasaï-Central, alors que les décisions de cette juridiction coulées en arrêt, sont attendues dans le cadre du règlement de différents litiges enregistrés après les législatives provinciales du 20 décembre dernier.

Ils auraient été emportés vers une destination inconnue la nuit du dimanche 25 au lundi 26 février 2024 par un groupe de malfrats dont les motivations n’ont pas encore été clairement expliquées.

C’est ce qu’a appris le média non aligné des sources proches de la hiérarchie de cette instance judiciaire.


À en croire ces sources, les éléments de la Police commis à la sécurité de cette juridiction visés, sont intervenus en se signalant et n’ont mis la main que sur un membre de la pègre qui s’était déjà introduit au bureau du greffier principal.

Lire aussi  Consultations : "Félix Tshisekedi ignore la question de l’illégitimité des institutions née des élections chaotiques de décembre 2018" (Lisanga Bonganga)

« Le fait s’est déroulé pratiquement à minuit. Les malfrats se sont introduits au bureau du greffier principal par effraction, ils ont cassé l’une des vitres des fenêtres près de la porte avant de réussir à s’introduire. Ils étaient nombreux mais à un coup de la torche de la police, plusieurs ont fui et un seul parmi eux a été surpris dans le bureau », a relaté, Fabrice Mbumba, journaliste et proche du premier président de la Cour d’Appel de Kananga qui précise, par ailleurs, que les enquêtes ont été ouvertes.

Il faut souligner que « le suspect maîtrisé pourrait être jugé en flagrance dans une audience publique », précise-t-il.

Cette opération intervient après que la Cour d’Appel faisant office de la Cour administrative, ait clôturé la phase des audiences liées aux contestations des résultats électoraux, provisoirement publiés par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Cependant, plus d’une personne redoute la perte des dossiers de certains requérants voit dans le coup « la main noire » de certaines forces politiques pour perturber la juridiction qui a jusqu’au 30 mars prochain pour rendre son verdict.

Lire aussi  Kasaï-Oriental : les députés provinciaux s'entr'accusent et dénoncent le complot contre Yves Muamba

 

Laurent Beya wa Mukaya, à Kananga

 

Lire aussi

Les plus populaires