novembre 20, 2020

Le RAM produit déjà des fruits : En Egypte, Kibassa Maliba étudie la possibilité de numériser le système éducatif avec des tablettes utilisables sans internet

Partager cet article

Le projet d’identification des téléphones mobiles lancé il y a peu en RDC, commence déjà à produire des fruits. Dans le souci de matérialiser l’un des objectifs de ce projet qui consiste à numériser tous les domaines de la vie en RDC, Augustin Kibassa Maliba qui séjourne en Egypte depuis le 18 novembre 2020, s’est entretenu jeudi 19 novembre avec Ahmed Daher, vice-ministre égyptien de l’éducation et enseignement technique.

Les échanges entre le ministre congolais des PTNTIC (avec à ses côtés le président de l’ARPTC Christian Katende) et son interlocuteur égyptien, ont porté sur une collaboration entre la RDC et l’Égypte sur l’usage des nouvelles technologies et du numérique pour une révolution nationale.

Durant cet entretien de près de 2 heures, Ahmed Daher a présenté un projet d’intégration du numérique dans le système éducatif afin de palier à la haute intensité et saturation des centres éducatifs (écoles et universités).

Cette présentation porte sur un projet du gouvernement, offrant une vaste base des programmes éducatifs des plusieurs entités scientifiques de grande renommée, complètement offerts sur une plateforme digitale, accessible à tout citoyen.

« Avec un tel système, l’Égypte est en mesure d’offrir une éducation à plus au moins 1.000.000 d’étudiants, souffrant ou exclus du système traditionnel », a-t-il expliqué arguant que « cette plateforme digitale est également utilisée pour l’éducation à la citoyenneté, facteur pertinent d’ une culture de prospérité ».

Le ministre Kibassa a eu des explications claires et rassurantes dans l’optique de favoriser la pénétration du numérique et d’augmenter la connectivité des milieux reculés, en distribuant des tablettes d’apprentissage, configurées à fonctionner même sans internet.

« Une solution à la problématique que nous a imposé la pandémie de COVID » souligne le ministre égyptien de l’éducation et enseignement technique qui « évoque la pertinence de l’usage du numérique dans tous les secteurs, afin de perpétuer la continuité du développement ».

Un autre point marquant de cet échange fut, l’adoption des pop-up classes (classes préfabriquées) pour multiples usages afin de non seulement résoudre le problème de saturation dans les classes, mais aussi adapter rapidement le système éducatif à la croissance explosive de la population.

Larges d’une surface de 72m² avec une capacité de 62 élèves (sous condition sanitaire normale, évidement), ces produits (classes préfabriquées, Ndlr) ont une capacité d’être construits et démontés en seulement (36 et 24 heures respectivement).

Dans le souci d’apporter le plein support à sa nation sœur, l’Égypte honore la RDC avec un don de 4 classes préfabriquées afin d’apprécier, de façon palpable, l’impact d’une telle innovation.

Cet échange ayant aussi couvert les potentiels investissements, a permis aux parties de s’accorder sur un travail d’ensemble, afin de mettre en œuvre l’usage du numérique et de la nouvelle technologie pour l’avancement du pays, et de façon plus précise, à travers l’éducation révolutionnée.

Pour rappel, lors de son premier voyage en Egypte au mois de janvier 2020, Kibassa Maliba et le vice-ministre égyptien de l’éducation et enseignement technique avaient évoqué la question de transformation digitale du système éducatif.

Jeff Kaleb Hobiang depuis Le Caire


Partager cet article
Actu7.cd