Prophétie de Kabund : Barnabé Kikaya premier nageur!

 

« (…) Je ne veux pas que demain certaines personnes apprennent à nager sur le fleuve Congo », voilà le propos de celui qu’on peut tenter d’appeler aujourd’hui « prophète ». Ces paroles de Jean-Marc Kabund commencent à rattraper l’entourage de l’ancien Chef de l’État Joseph Kabila. Le président a.i de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) faisait allusion à un départ d’exil en traversant le fleuve Congo en direction du Congo-Brazzaville.


Le premier sur la liste des « nageurs », c’est le collaborateur de Joseph Kabila, Barnabé Kikaya Bin Karubi qui se trouve en exil il y a de cela un mois. Cité dans le dossier carte visa qui a récemment sonné fort sur la toile impliquant plusieurs personnalités de l’ancien régime, l’ancien ambassadeur de la RDC en Zimbabwe a préféré prendre le large plutôt que de se présenter au cabinet de l’avocat général du parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe le 25 juin dernier.

Selon le magazine Jeune Afrique qui situe sa fuite dans la nuit du 23 au 24 juin dernier, l’ancien ambassadeur plénipotentiaire de la RDC en Grande-Bretagne a d’abord pris la direction de Muanda, dans la province du Kongo-Central, avant de se diriger, en bateau, vers un village de pêcheurs angolais nommé Nganda Kosa, entre la RDC, l’Angola et l’enclave de Cabinda. C’est depuis cet endroit qu’il a rejoint Luanda avant de décoller en direction de l’Éthiopie puis rejoindre son lieu actuel de résidence, dans un pays d’Afrique australe.



Barnabé Kikaya Bin Karubi est notamment reconnu comme celui qui boxe, sans gants, le régime Tshisekedi. Chose qui bizarrement contraste farouchement avec la fuite « par la nage » de « monsieur diplomatie », alors que d’aucuns l’attendaient devant la justice pour qu’il présente ses moyens de défense en « bon parleur » comme on le connaît.

Tout compte fait, puisque la justice a déjà activé le dossier, l’ancien député national à la législature de 2006 aura toujours la boule au ventre. Depuis sa cachette, il donne certainement raison au « maître nageur » qu’il aurait dû croire dès le début.

En somme, c’est peut-être le début d’un chapître, chapître de la matière que l’on peut intituler « La Natation ». Wait and see…

Patrick Nguwo

Lire aussi

Les plus populaires