Insécurité en Ituri : Toutes les unités du secteur opérationnel sont « en alerte maximale » (Gouvernement)

 

La Vice-ministre de la Défense nationale et Anciens Combattants Séraphine Kilubu a fait le point, au Conseil des ministres tenu vendredi, de la situation sécuritaire qui demeure sous contrôle des Forces de défense et de sécurité.


Elle a indiqué que toutes les unités du secteur opérationnel Ituri sont en alerte maximale et elles ont intensifié les opérations de patrouille de combat, de liaison
diurne et nocturne sur tous les axes de l’Ituri.

D’après la Vice-ministre, en territoire de Djugu, des attaques menées par des miliciens CODECO (Coopérative pour le Développement au Congo) dans
plusieurs localités des chefferies de Bahema Badjul et Bahema-Nord le 21 novembre dernier, ciblant les camps des déplacés de Drodro sur la Route Nationale n°27 et la paroisse de cette localité ont occasionné la mort de douze (12) civils.



À l’en croire, l’intervention des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) a été immédiate et neuf (9) miliciens ont été
neutralisés et la paroisse sécurisée.

D’après ses propos, en territoire de Beni au Nord-Kivu, la MONUSCO (Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo) a remis officiellement aux FARDC le camp de Kididiwe, situé dans l’Est de la ville de Beni. Il a une capacité d’accueil de cent cinquante (150) militaires, avec des bureaux, un magasin de munitions, des
installations sanitaires, une infirmerie et un enclos en fil de fer. Le village de Kididiwe était un ancien bastion à partir duquel les terroristes ADF (Forces Démocratiques Alliés) lançaient des attaques contre les civils en ville de Beni.

Séraphine Kilubu a aussi indiqué qu’en territoire de Rutshuru, toujours au Nord-Kivu, l’armée a récupéré, dans la nuit du 18 au 19 novembre 2021, la bourgade Ngugo jadis occupée par les rebelles du M23.

En outre, ajoute-t-elle, après l’attaque déplorée d’une position des écogardes du Parc
National des Virunga à Bukima du 20 novembre dernier causant la mort d’un écogarde, « les présumés combattants M23 ont attaqué, lundi 22 novembre dernier, la position de notre armée dans le groupement de Rugari. Ces
affrontements ont provoqué un déplacement massif des populations ».

Celle-ci rassure que le Commandant de Sukola 1 et l’Administrateur militaire s’y sont rendus pour se rassurer de la sécurité de la population et leurs biens. À l’heure qu’il est, « l’Armée travaille pour mettre définitivement fin à cette insécurité », a-t-elle conclu.

David Lupemba

Lire aussi

Les plus populaires