Ituri : L’AT de Mambasa « promet d’arrêter toute personne qui tenterait de déstabiliser la situation suite aux journées ville morte »

L’administrateur du territoire de Mambasa, dans la province de l’Ituri, s’est prononcé sur la question de série de journées ville morte annoncée dans son entité territoriale par la société civile et ses composantes. Jean-Baptiste Muyapandi promet d’arrêter toute personne qui tentera de « déstabiliser la situation » soit bloquer la circulation à ses administrés, sous prétexte d’une journée ville morte.

Le commissaire supérieur principal Jean-Baptiste Muyapandi l’a dit dimanche 18 septembre 2022 lors d’un entretien avec sa cellule de communication.

« Chacun est libre, nous sommes en République Démocratique, j’insiste bien “démocratique du Congo” où les droits et libertés des citoyens sont garantis. Personne ne peut obliger à l’autre de faire ce que celui-là veut ou que ce que celui à qui on oblige ne veut pas, non ! Chacun fait selon ses sentiments à moins que la loi nous l’oblige », a déclaré l’administrateur du territoire de Mambasa.


Pour lui, les services de sécurité dont la Police Nationale Congolaise (PNC) et les Forces Armées de la République Démocratique du (FARDC) seront déployés dans tous les points chauds de la cité de Mambasa pour contrecarrer cette mesure des organisations de la société civile.

« Demain, c’est un lundi, jour ouvrable que chaqun vaque librement à ses occupations. Désolé pour tout celui qui cherchera à bloquer, à barrer le passage aux bons citoyens, aux bons congolais. Je serai désolé, ils vont nous trouver dernière eux et la Police fera son travail et/ou l’armée. Je dis bien la Police fera son travail et/ou l’armée, de protéger tout citoyen qui sera désiré de faire son travail », a-t-il ajouté.

Face à la montée de l’insécurité dans au moins deux (2) chefferies sur les sept (7) que compte leur territoire, la société civile et la Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC) territoire de Mambasa, ont décrété, à dater de ce lundi 19 septembre 2022, deux (2) jours de deuil, une façon pour elles de compatir avec les familles qui ont perdu les leurs, mais également appeler les autorités gouvernementales à la « prise de conscience ».

JC Mbafumoja

Lire aussi

Les plus populaires