Kibassa Maliba lance l’atelier d’élaboration de la stratégie nationale de Connectivité dans le secteur de l’éducation

Mercredi 23 novembre 2022, le ministre des Postes Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’information et de la communication a procédé à l’ouverture de l’atelier d’élaboration de la stratégie nationale de Connectivité dans le secteur de l’éducation en République Démocratique du Congo.

Ces travaux de deux jours soit du 23 au 24 novembre, ont été ouverts en présence de plusieurs personnalités dont le représentant de l’UNESCO, le président de l’autorité de régulation de la poste et des Télécommunications du Congo… à l’hôtel Memling à Kinshasa.

Dans son mot, Augustin Kibassa Maliba a expliqué que « ce jour ouvre une ère nouvelle dans le secteur des TIC par la collaboration avec le secteur de l’Education nationale dans le but de contribuer efficacement à l’épanouissement de la jeunesse, au corps enseignant, aux chercheurs et autres acteurs de l’Education dans notre pays la République Démocratique du Congo ».
A l’en croire, « le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Chef de l’Etat, a consacré tout un pilier à l’Education qui constitue son cheval de bataille. Pour le mettre en exergue, le Chef de l’Etat a mis sur pied le plan national du numérique dont tire notre atelier d’aujourd’hui, qui s’inscrit dans le cadre de l’introduction de la connectivité dans les programmes de formation et d’enseignement à tous les niveaux ».


« Aussi, promouvoir la culture de recherche et d’innovation dans les institutions académiques et autres, bref construction d’un réseau national de recherche, interconnectant les universités, les grandes écoles, les institutions de recherche et les services nationaux de documentations et d’archivage », a déclaré le ministre des PTNTIC.

Et d’ajouter, « le secteur de l’éducation constitue pour nous un apport essentiel dans la formation, d’instruction de la jeunesse de notre pays. Cette éducation passe par une série d’apprentissage de l’école fondamentale jusqu’à l’université et post universitaire. Une jeunesse sans éducation constitue une bombe à retardement. ‘’Former la jeunesse s’est penser à son avenir et à celle de la nation’’. Pour ce faire, nous avons cette lourde responsabilité d’avoir une vision téléologique pour favoriser une bonne instruction pour un avenir meilleur de notre jeunesse ».

Rôle du ministère des PTNTIC à l’ère des TIC

Parlant du rôle de son Ministère à l’ère des TIC, Kibassa Maliba a indiqué que « le ministère que j’ai l’honneur de diriger, est un secteur technique et transversal qui porte les supports de transmission à distance des données et des connaissances pour le développement et le bien-être de l’homme dans la société ».

« Ma mission à la tête dudit Ministère revêt un caractère particulier à cause des multiples défis auxquels nous sommes appelés à relever.
Il s’agit notamment de connecter toute l’étendue de la République à fibre optique pour améliorer l’accessibilité aux services des télécommunications, de faire entrer la RDC de plain-pied dans la société mondiale de l’information et d’accroitre de manière significative la contribution des télécommunications TIC au développement économique et social du pays faisant bénéficier ainsi aux opérateurs économiques aux services publics et aux ménages », a-t-il souligné.

Pour y parvenir dit-il, « il est impérieux de pouvoir à ce jour ouvrir la porte au secteur de l’éducation nationale dans la connectivité pour permettre à nos élèves, écoliers, étudiants, chercheurs, administratifs et corps enseignants, à cette ère nouvelle de TIC pour une éclosion dans ce secteur majeur qui constitue l’avenir de notre pays ».

Le Ministère des PTNTIC d’après Kibassa Maliba, ouvre grandement la porte à ce secteur majeur par la connectivité de toutes les entités éducatives pour faire bénéficier à notre jeunesse, la technologie de l’information et de la communication pour favoriser l’apprentissage, la formation, les recherches, ainsi que la création des nouvelles applications capables de développer notre environnement.

« Nos écoles, centres d’apprentissage, universités et autres milieux de recherche bénéficieront de tous les avantages qu’offre le secteur des TIC pour l’avenir de notre jeunesse. Par cette pratique, nous voulons former nos écoliers, élèves, apprenants et étudiants à la culture des TIC pour une abondante main d’œuvre jeune encadrée et qualifiée », a fait savoir le ministre.

Croissance du taux de pénétration

Pour Augustin Kibassa Maliba, les réseaux et les services de télécommunications en République Démocratique du Congo ont connu une très forte croissance depuis le début de la décennie en termes de nombre de clients et de chiffre d’affaires, principalement grâce au très fort développement de la téléphonie mobile, porté par les investissements des opérateurs privés.

Cependant, il note que « les taux de pénétration aux services des télécommunications mobiles est évalué à 50% soit un taux d’accroissement annuel de 6% avec une couverture de la population de 75% (2G), 50% (3G), 40% (4G).
Ceci s’explique notamment par le fait que les opérateurs n’investissent plus suffisamment dans la 2G mais plus dans la 4G, compte tenu de l’évolution rapide de la technologie et des besoins en connectivité large bande avec l’internet ».

« A ce jour, le dernier rapport du 2ième trimestre 2022 publié par l’ARPTC, indique une évolution croissante des taux d’accessibilité entre 2019 et 2022, de la manière ci-après :
Le taux de pénétration de la téléphonie mobile est passé de 42% à 50%, soit 47.000.000 d’abonnement au service ;
Le taux de pénétration de l’internet mobile est passé de 19% à 24% soit 26.000.000 d’abonnements au service », a-t-il annoncé.

L’atelier de formulation de la connectivité dans le secteur de l’Education revêt pour le ministre des PTNTIC, un caractère spécial « d’autant plus qu’il va nous amener des éléments nouveaux qui vont permettre une éclosion de mon secteur par des innovations ».

« Le présent atelier avec l’appui de l’UNESCO notre partenaire mettra en exergue des méthodes et applications qui rendront effectif l’usage des TIC dans le secteur de l’Education. Il s’agit de généraliser l’utilisation d’outils de travail informatique, ainsi que l’automatisation de la connectivité dans les processus de l’Education dans tout le secteur y afférent. L’introduction des TIC et le renforcement de leur usage dans le secteur de l’Education engendreront une transformation importante dans les modes d’organisation et de travail », explique le patron des PTNTIC qui ajoute que les TIC, et en particulier l’Internet, permettront d’établir un « espace de communication indépendante de la localisation physique » qui affirme la disponibilité de l’information n’importe où et n’importe quand.

Par ailleurs Augustin Kibassa Maliba précise que la gestion de l’Education sera décentralisée là où c’est possible, afin d’améliorer la qualité de processus de prise de décision. Ceci amènera le secteur de l’Education à repenser son mode de fonctionnement et d’organisation et à servir les milieux Educatifs de manière plus appropriée, notamment à travers la mise en place des certaines applications.

« A l’heure actuelle, les TIC constituent un facteur déterminant du développement et aussi de la compétitivité dans le secteur de l’Education grâce à la possibilité qu’offre la connectivité nationale à fibre optique dans le secteur de l’Education, la jeunesse, les apprenants, les corps enseignants, aux chercheurs et autres acteurs du secteur de bénéficier d’une connexion fiable et à jour.
Les TIC à ce jour et ces multiples applications permettent de prendre des décisions en connaissance de cause et sont, par conséquent, devenues un facteur déterminant dans la production des biens et des services », a-t-il martelé.

Pour Kibassa Maliba, la jeunesse, les apprenants, les corps enseignants, les chercheurs et autres acteurs devront apprendre à se doter de plus en plus d’outils TIC, particulièrement pour avoir accès à l’internet et disposer ainsi de toute l’information dont ils ont besoin.

« A l’issue de cet atelier, nous sortirons avec une feuille de route qui nous conduira à la production de la stratégie nationale de la connectivité dans le secteur de l’Education.
De ce fait, je vous invite à vous surpasser, à travailler avec conscience et abnégation afin de doter la République de ce document important qu’est la stratégie nationale de connectivité dans le secteur de l’Education », a-t-il conclu.

CP

Lire aussi

Les plus populaires